Retour

La première pierre de l’Accueil Te Vai-ete ‘api a été posée ce matin, en présence de Père Christophe et de tous les acteurs de ce beau projet humanitaire. Pas de politiques ni d’officiels ; ce sont ainsi uniquement les donateurs et toutes les petites mains qui ont été mises en avant… Si l’accès au chantier fait encore l’objet de complications, le nouveau centre d’accueil de jour devrait sortir de terre d’ici un an et redonner enfin un peu de dignité aux personnes à la rue. Découvrez aussi dans cet article les vidéos des interviews de Père Christophe et du chef de chantier.

C’est à l’issue d’une cérémonie haute en couleur, marquée par de superbes danses et le baptême de Mgr Cottenceau, le tout en chansons, que la première pierre du centre d’Accueil Te Vai-ete ‘api a enfin été posée ce matin. Un beau projet humanitaire que porte Père Christophe depuis le 21 avril 2019 et qui a connu de nombreux aléas, certains n’y étant pas favorables… L’ancien Accueil Te Vai-ete, né il y a plus de 27 ans, le 23 décembre 1994, avait pour objectif initial « d’offrir aux personnes en grande précarité et à la rue un repas, une douche et la possibilité de laver leur linge… les éléments de base pour rester en connexion avec la société ». Mais la structure n’étant plus vraiment adaptée et ayant été fermée depuis le premier confinement en mars 2020, l’idée de construire un nouveau centre d’accueil de jour a pris forme et s’est concrétisée grâce à la détermination sans faille de Père Christophe et de toutes les petites mains (une quarantaine de bénévoles) qui gravitent autour de lui.

Le coût du projet s’élève à plus de 255 millions de Fcfp. Aujourd’hui, les fonds récoltés, issus des généreux donateurs, atteignent environ 105 millions de Fcfp. Reste donc à trouver encore la somme de 150 millions de Fcfp. Pas de quoi inquiéter Père Christophe ; mu par un optimisme à toute épreuve, le vicaire coopérateur de la Cathédrale de Papeete garde espoir. Une interrogation subsiste tout de même : y aura-t-il une deuxième pierre ? En effet, l’accès au chantier, situé derrière le parc d’exposition de Mamao, pose quelques problèmes (lire encadré ci-dessous), mais un accord devrait être trouvé très prochainement. Le terrain est loué par le Pays à hauteur de 80 000 Fcfp par an.

Te Vai-ete ‘api pourra accueillir jusqu’à 120 individus à table, qui disposeront de deux repas par jour. Les personnes à la rue pourront également satisfaire des besoins élémentaires, comme se doucher et laver son linge, et être pris en charge par trois médecins bénévoles. Par ailleurs, grâce à un partenariat avec le Service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi), quatre salles de formation seront mises à leur disposition. La finalité de cette structure est avant tout de redonner de la dignité à toutes les personnes à la rue, en détresse ou en souffrance.

Deux manières de soutenir ce projet :

  • Un don directement sur le compte de l’Accueil Te Vai-ete
  • Un don via la fondation Anavai, notamment pour les entreprises et les patentés qui peuvent ainsi bénéficier d’une réduction d’impôts.

Ensemble, tout est possible !

L’interview de Père Christophe

L’interview du chef de chantier

Une cérémonie haute en couleur


Y aura-t-il une deuxième pierre ?

« Jeudi matin 16 juin à 8h, la première pierre de l’Accueil Te Vai-ete ‘api sera posée et Mgr Jean Pierre bénira ce chantier, en présence de quelques oiseaux de la rue, de bénévoles qui œuvrent à l’Accueil, de bienfaiteurs et des entreprises engagées sur le chantier.

Mais cette première pierre sera-t-elle suivie d’une seconde ? On peut légitimement se poser la question aujourd’hui ! En effet, la semaine dernière l’on vous rapportait quelques obstacles sur la route de la construction.

Si la convention avec le Pays permettant la mise en place de sept poteaux pour l’électrification du terrain est signée depuis ce jeudi, il n’en va pas de même pour l’accès au chantier pour les entreprises !!!

Le 26 janvier 2021, le Pays et le C.A.MI.CA signait le bail qui faisait entrer l’Accueil Te Vai-ete ‘api d’un projet à une réalité. L’article 5.9, stipule : « La Polynésie française s’engage à laisser le libre passage au preneur à partir de la RT2 » !

Un an et demi plus tard, l’accès n’est pas possible ! Les raisons invoquées sont la sécurité… pas d’accès possible par l’ancien hôpital Mamao en raison des Foires expositions : « G2P fait part de son refus de laisser transiter les accès chantier par l’entrée principale du parc expo pour des raisons évidentes de sécurité et de croisement de flux (public/chantier). » ni par l’école d’infirmière : « Après concertation avec la direction de la santé, nous ne pouvons malheureusement pas donner l’accès à la zone de travaux par notre parcelle, pour des raisons évidentes de sécurité et de croisement des flux public/chantier, dans une zone où circulent des étudiants et des agents et où est installé un site de vaccination avec du public ».

Un an et demi après la signature du bail… le permis acquis, les travaux commencés… l’article 5.9 n’était qu’une belle phrase inscrite dans la convention ?

Toujours est-il que nous sommes bloqués… impossible d’installer la grue, de faire venir les véhicules de chantiers, camions toupilles…

Un esprit complotiste dirait qu’il y a là une petite vengeance liée au refus de glisser notre bâtiment… demande exprimée au lendemain du début des travaux… le 25 mai !!! ou alors la difficulté à digérer que le terrain alloué ait été retiré à un service du Pays !!!

Qu’importe… la question du jour : y aura-t-il une deuxième pierre ? »

Père Christophe, le 10 juin 2022


Tous les détails du projet

Découvrez ci-dessous la genèse et tous les détails de ce beau projet humanitaire :

Partage