Retour

Polémique autour du mariage de Tearii Alpha – « Plan de sauvegarde du pouvoir d’achat » – La famille Atem fait un don foncier au Pays – Opération de largage des bulletins de votes – La TEP monte en puissance… Tous les vendredis, c’est « L’essentiel de la semaine » !

Le Président de la Polynésie française et l’ancien Vice-président devant la justice

Il aura fallu attendre huit mois pour que l’on puisse voir apparaître à la barre l’ex-Vice-président du Pays, Tearii Alpha, le Président Édouard Fritch et la co-gérante du restaurant « Le Gauguin » afin de répondre de leurs actes devant la justice. Personne n’a oublié en effet l’énorme polémique née autour du mariage de Tearii Alpha, en août 2021, lorsque la population avait découvert que nos principaux dirigeants ne respectaient pas les règles sanitaires qu’ils avaient eux-mêmes imposées pour lutter contre la propagation du coronavirus. Un manque d’exemplarité inouï qui avait fuité sur les réseaux sociaux, où des vidéos et des photos dévoilaient les « tontons bringueurs » en train de s’amuser sans scrupule. Ceux-là mêmes qui fustigeaient les « fêtards » du restaurant « Piment rouge », un an plus tôt, n’hésitant pas à qualifier publiquement leur comportement de « débauche » après la découverte d’un cluster… Les lecteurs de Tahiti Pacifique se souviennent peut-être que notre rédaction avait fait un dessin de Une dans son édition d’août 2021, en titrant « La Polynésie, telle un bateau ivre » (voir dessin mis en avant de l’article) !

Le procureur a requis 356 000 Fcfp (soit quatre amendes de 89 000 Fcfp) contre le président du Pays ; et 535 000 Fcfp (six amendes) contre l’ancien Vice-président, qui s’est déclaré « seul organisateur », mais aussi contre la co-gérante du restaurant privatisé, pourtant absente de la cérémonie (contrairement à d’autres membres de sa famille) et surtout opposée à son organisation. La décision sera connue le 2 juin.

Quelle qu’en soit l’issue, ce ne sera pas cher payé pour des élus du gouvernement censés avoir le devoir d’exemplarité. Ils seront donc jugés comme des citoyens lambdas, sans écoper de peine d’inéligibilité.

Économie : un « Plan de sauvegarde du pouvoir d’achat »

Le Vice-président, Jean-Christophe Bouissou, et le ministre en charge de l’Économie et des Finances, Yvonnick Raffin, ont présenté, mercredi, les premières mesures du « Plan de sauvegarde du pouvoir d’achat ».

Découvrez ci-dessous les premières mesures estimées à 10 milliards de Fcfp sur une année :

Projet électrique à Maiao : la famille Atem fait un don foncier au Pays

Félix Atem, propriétaire foncier à Maiao, a fait un don au Pays d’une parcelle de 3 400 mètres carrés, dans le cadre de la mise en place de l’électrification collective hybride sur cette commune associée de l’île de Moorea. Une action généreuse que nous saluons, car elle permettra enfin la réalisation de ce projet, bloqué en raison de soucis fonciers… Le Président, Édouard Fritch, et le maire de Moorea, Evans Haumani, ont déclaré être « très reconnaissants de ce geste qui va nettement améliorer la vie quotidienne des habitants de Maiao ».

Élection présidentielle : opération de largage des bulletins de votes dans 4 îles isolées

Préparation du premier tour de l’élection présidentielle (samedi au Fenua) oblige : le haut-commissariat a organisé, le 30 mars dernier, une opération de largage aérien de 13 920 bulletins de votes et 6 960 professions de foi dans les îles de Rapa, Tematangi, Hereheretue et Marokau du fait de l’absence de pistes d’atterrissage et de liaisons maritimes régulières. Une mission assurée grâce au soutien militaire des Forces armées en Polynésie française, avec l’équipage de la flottille 25F. Une nouvelle opération sera mise en œuvre le 19 avril prochain, pour le second tour de l’élection présidentielle.

TEP : cession par le Pays de 20 % du capital à la SAS RTE International

Le président de la Polynésie française, accompagné du ministre de l’Économie, des Finances, en charge de l’Énergie, Yvonnick Raffin, et Nicolas Breham, directeur général de l’entreprise RTE International (Réseau de Transport d’Électricité), ont signé, vendredi dernier, le contrat relatif à la cession par le Pays de 20 % du capital de la Société de Transport d’énergie électrique en Polynésie (TEP) pour un montant de 537 millions de Fcfp. Après de nombreux mois de négociation, la Polynésie française et RTE International, filiale du gestionnaire du réseau de transport d’électricité métropolitain RTE, ont ainsi officialisé leur partenariat.

Créée en 2006, RTE International est une société de conseil et d’ingénierie couvrant l’ensemble des métiers électriques, filiale du plus grand gestionnaire de réseau de transport d’électricité en Europe. Pour rappel, RTE International accompagne déjà la TEP depuis 2020 via une convention d’assistance technique pour aider le nouveau responsable d’équilibre à répondre à la complexité croissante des enjeux de la transition énergétique. Après plusieurs années de montée en puissance de la TEP dans le paysage électrique de Tahiti, l’enjeu de cette nouvelle collaboration sera notamment de contribuer à identifier les pistes les plus viables pour atteindre les objectifs de transition énergétique du Pays, à savoir l’atteinte de 75 % d’énergies renouvelables à horizon 2030…

Avec communiqués

Partage