Retour
Réservé aux abonnés

À Fare ‘Ute, l’« hébergement » dit « provisoire » pour les personnes sans domicile fixe de Papeete, ainsi que son nom le laisse supposer, va bientôt prendre fin. L’opération de survie initiée par l’Association Te Torea depuis 2020 arrive au terme des accords conclus entre l’organisme de solidarité et les services de la mairie… au bout de trois ans. La prochaine destination du terrain veut promouvoir une aire de respiration et de loisirs littoraux pour les habitants de la commune. Quelles perspectives pour les sans-abri ? Reportage… (Crédit photos : Monak)

Du provisoire à la nécessité… Fare ‘Ute, zone industrielle, frange « désolée » d’un quartier bruyant et poussiéreux du bout du monde… Rien de bien harmonieux ni de douillet : un littoral-poubelle, soumis aux courants et au laisser-aller général, jonché de détritus solides de toutes sortes, venus s’y échouer. L’horizon se barre des hangars, entrepôts, paquebots de Motu Uta… Face aux installations portuaires les plus conséquentes de Polynésie française, sur le rivage le plus cabossé, le plus défiguré et le plus déserté de la capitale, a trouvé refuge le centre d’hébergement provisoire de l’association Te Torea. Suite au confinement pendant la crise Covid, la municipalité avait réagi favorablement en mettant à disposition des nécessiteux le terrain inoccupé d’une partie de l’ancienne base militaire, en leur possession …

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage