Retour
Réservé aux abonnés

« Je passe quelque temps à Singapour. Pour un économiste, le pèlerinage dans la cité-État est obligatoire. Non pas pour en tirer un modèle de politique économique clé en main. Chaque histoire de développement s’inscrit dans un contexte géographique, historique et culturel donné […]. Mais certains principes des politiques publiques de Singapour pourraient faire l’objet d’une appropriation par un pays qui cherche à se réformer. »  (Nicolas Bouzou, L’Express, 19 octobre 2017)

Les performances économiques de Singapour méritent, sinon des pèlerinages d’économistes car il n’est pas question de croyance, du moins des analyses approfondies afin d’en comprendre les causes. Depuis l’indépendance en 1963 et la séparation d’avec la Malaisie en 1965, Singapour a connu une hausse annuelle moyenne de 9 % de son revenu réel (PIB réel), faisant passer cette économie d’une situation de sous-développement à celle d’un champion mondial de la richesse par habitant. Avec un PIB par habitant de plus de 90 000 dollars américains, Singapour se positionne régulièrement dans le top 5 des classements mondiaux et tout récemment à la deuxième place lorsque l’on tient compte de la parité des pouvoirs d’achat (tenant compte des différences de niveau général des prix). Ces bons classements mondiaux se retrouvent également en matière de santé et d’éducation (classement PISA par exemple) …

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage