Retour

L’Association des auteurs, illustrateurs et compositeurs de Polynésie (association Tāparau) organise une conférence sur l’écologie jeudi 4 mai, à la Maison de la culture (bibliothèque pour adultes), de 18 heures à 20 heures (entrée gratuite, comme toujours). Jean-François Butaud, Sylvie Largeaud-Ortega, Jason Man, Marie-Laure Vanizette et Riki Wong Yen interviendront sur cette thématique cruciale au cours…

Les prémices d’une sensibilité écologique dans la littérature française sont identifiés dès la seconde moitié du XXe siècle. En Polynésie, le temps est-il venu d’une littérature plus engagée ? Plusieurs ouvrages récents publiés par des maisons d’éditions locales vont dans ce sens.
« Ce n’est pas la littérature qui va sauver la planète, et il convient de se garder d’un moralisme qui s’exprime trop souvent sur le mode du « il faut », néanmoins, les livres ont un rôle majeur à jouer dans la sauvegarde de l’environnement », disait Pierre Schoentjes, professeur en littérature française à l’Université de Gand (Belgique).

Onze acteurs socio-économiques impliqués à fond pour le Fenua viennent de publier un ouvrage collectif intitulé Urgence écologique au Fenua et partagent leurs connaissances pratiques, notamment les savoirs transmis par les traditions polynésiennes (lire l’encadré ci-dessous).

Quelle est la signification de la pensée écologique aujourd’hui ? Comme toute pensée, la pensée écologique ne peut pas s’exprimer d’elle-même, elle a besoin d’un langage et surtout d’une représentation. Pour l’entendre, nous lui prêtons l’espace littéraire, afin qu’elle s’y manifeste, qu’elle le traverse et qu’elle le dépasse.

Tous vous donneront envie d’agir face à l’urgence écologique.

Avec communiqué

——————–

Les autres rendez-vous :

– Salon du livre de Taravao, les 4 et 5 mai, stand ‘Api Tahiti

– Dédicace à la librairie Odyssey, le 13 mai, de 8h30 à midi

– Dédicace à la librairie Klima, le 27 mai, de 8h30 à midi

——————–

Urgence écologique au Fenua : un ouvrage nécessaire

Publié récemment par les éditions ‘Api Tahiti, ce « petit guide pratique pour tous » de l’écologie est le fruit de plusieurs plumes, sous la direction de Sylvie Largeaud-Ortega : Matthieu Aureau, Stéphane Bitot, Caroline Blanvillain, Jean-François Butaud, Yann Follin, Jason Man Sang, Marie-Laure Vanizette, Loanah Wong, Lolita Wong Yen et Riki Wong Yen.

Les auteurs nous alertent sur l’urgence environnementale, d’autant plus importante au Fenua, l’un des territoires les plus « climato-sensibles » du globe. Dans son introduction, l’ouvrage explique : « On sait déjà qu’il y a une urgence climatique : canicules, incendies, inondations… elle est partout à la télé, dans les journaux, sur le net. Mais ce n’est que la partie la plus visible (parce que la plus spectaculaire) du problème. L’urgence climatique, en fait, ce n’est que l’une des conséquences de tous les dégâts générés dans les autres domaines : la stérilisation des sols, la pollution de l’air, de la terre et de l’eau, la chute de la biodiversité, l’interruption des cycles naturels, l’acidification des océans, la perte des espaces de vie… L’urgence environnementale, c’est un effondrement global qui met en péril l’existence et la pérennité de la vie sur terre. Et ça se passe en ce moment. Non, ce n’est pas une projection sur l’avenir, les enfants de nos enfants. C’est un constat au présent. Elle nous met face au plus grand défi de l’humanité : répondre à cet effondrement en cours. »

Ainsi, le collectif d’écrivains en appelle à notre responsabilité à tous : « Alors l’urgence, c’est de faire tout notre possible pour nous adapter, limiter les dégâts, maintenant, et au maximum. Résister ! en réinventant notre façon d’être. »

Un livre à se procurer de toute urgence…

Laisser un commentaire

Partage