Retour
Réservé aux abonnés

Normalement, la question ne devrait même pas se poser, mais depuis quelques années, dans de nombreux pays, soit le résultat de l’élection est contesté, soit c’est la légitimité de l’élu qui est mise en doute. On se souvient que Donald Trump contestait l’élection de Barak Obama sous le prétexte que ce dernier – en raison…

Dans tous les pays, il y a des lois électorales qui sont le fruit d’une histoire et parfois de drames. En Amérique, la constitution progressive d’un État composé d’entités (appelées États) qui s’étaient forgées peu à peu créa finalement une fédération dans laquelle les plus petits des États ne voulaient pas que le poids démographique d’autres États très peuplés ne vienne les réduire au silence et à l’oubli. De là découla un système électoral qui donna du poids aux plus petits. Au Sénat, par exemple, chacun des États dispose de deux élus. Pour l’élection présidentielle américaine, une première étape se joue dans chaque État pour désigner les grands électeurs qui, dans un second temps, éliront le président. Le parti qui a la majorité emporte la totalité des grands électeurs d’un État, même s’il n’obtient qu’une voix de plus que le parti adverse. Le problème est qu’en Californie par exemple, les démocrates obtiennent des millions de voix de plus que les Républicains, mais on peut dire que les suffrages dépassant 50 % + une voix sont en quelque sorte « perdus » ou inutiles. De ce fait, il n’y a pas de rapport automatique entre le nombre de voix sur l’ensemble du pays et le nombre de grands électeurs …

image_printImprimer/PDF

2 réflexions au sujet de “<strong>Le prochain président de la Polynésie française sera-t-il légitime ?</strong>”

  1. Monsieur Regnault , Dans quelle Polynésie vivez vous ? Vous n’avez pas vu venir le profond changement idéologique du Tavini et ainsi la fin d’un clivage manichéen Autonomie contre indépendance..
    Vous n’avez pas vu que le Tapura tient des discours plus « indépendantistes » que le Tavini aujourd’hui !Que les autonomistes ne le sont que de nom..
    Il n’y a aucune charpente idéologique dans ces partis dispersés en fonction des égos de leurs chefs qui tous ont un bilan de Ministre tout au moins..Peu flatteur en tout cas pour revendiquer la nouveauté..
    On pourrait discourir sur les raisons de ce changement de pied du Tavini incarné par Moetai Brotherson qui n’est plus l’épouvantail anti francais..J’en vois UNE évidente, qui est a porter au crédit du combat d’une vie d’Oscar Temaru: La dette nucléaire éternelle et absolue due par la France qui assure à la Polynésie sa sécurité financière.
    Les autonomistes ne peuvent plus dire :  » C’est moi ou le Chaos !  »
    Stéphane P

    • Si vous lisez mes différentes publications depuis 30 ans vous noterez que depuis longtemps j’avais minimisé la différence entre autonomistes et indépendantistes.
      Dans l’article visé je mettais néanmoins en avant le fait que le langage politique reste assez « figé » mais qu’au Tavini on a jamais été capable de définir clairement si l’indépendance devait avoir lieu rapidement ou s’il fallait un temps « d’éducation » des Polynésiens (ce qui du reste ferait dresser les cheveux de tous ceux qui en ont encore s’ils se souviennent de ce qu’ont été les rééducations du peuple dans certains régimes).
      Dans l’article qui paraîtra le 1er avril je reviens sur les contradictions internes du Tavini.
      Ce qui est frappant dans la campagne électorale, c’est que l’essentiel semble absent. L’essentiel c’est comment les relations internationales vont impacter la Polynésie. Ce qui est en jeu, c’est comment défendre les libertés essentielles et lutter contre la corruption que ne manquera pas de répandre la Chine (voir ce qui se passe en Micronésie et aux Salomon). Tout dépendra bientôt de la force du rouleau compresseur chinois.

      Ceci dit, mon article ne portait pas sur la différence entre indépendance et autonomie, mais critiquait la prétention du Tavini à considérer comme illégitime une élection perdue et comme significative une élection gagnée.

Laisser un commentaire

Partage