Retour

Tous les vendredis, retrouvez « L’essentiel de la semaine (LEDLS) » dans PPM, pour ne retenir que le principal de l’actualité…

Un 4e collectif budgétaire pour renforcer le bouclier anti-inflation

Lors de l’ouverture de la session budgétaire jeudi, Fritch avait annoncé une série de mesures « pour lutter contre l’inflation et préserver le pouvoir d’achat des Polynésiens ». Nombre d’entre elles ont déjà été mises en œuvre, elles sont rappelées ci-dessous. À l’occasion de l’examen de ce 4e collectif budgétaire, le Président a annoncé la poursuite du déploiement de ces mesures.

Voici ci-dessous les nouvelles mesures annoncées et soumises au vote des représentants dans le cadre de l’examen de ce 4e collectif budgétaire, le dernier de cette année :

• Stabilisation du prix des hydrocarbures jusqu’à la fin de l’année : 3 milliards de Fcfp inscrits au Fonds de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH) qui s’ajoutent au 7 milliards déjà versés, ce qui porte sur l’année 2022 le montant total du soutien au FRPH à 10 milliards.

• Augmentation des allocations familiales pour les trois régimes + 5 000 Fcfp à compter de décembre 2022 : 30 000 familles et 62 000 enfants concernés.

• Augmentation du minimum vieillesse de +5 000 Fcfp, passant à 85 000 Fcfp : 17 000 Polynésiennes et Polynésiens concernés.

• Allocation de rentrée scolaire augmentée.

• Aide alimentaire exceptionnelle de l’État (215 millions de Fcfp) qui servira à soutenir 12 500 familles recensées par les services sociaux du pays, et cela avant la fin de l’année.

• Revalorisation de 5 Fcfp du prix d’achat du coprah au 1er novembre 2022.

D’autres mesures à venir :

Extrait : « Ce que je veux rappeler, c’est qu’aujourd’hui, ce sont déjà plus de 16 milliards de Fcfp qui ont été dépensés en 2022 par le Pays pour amortir les effets d’une inflation mondiale. Des dispositions futures en faveur du pouvoir d’achat, que je vous proposerai avant la fin de cette année, viendront compléter la liste de mesures. Je peux d’ores et déjà vous annoncer que le coût final estimé pour cette seule année 2022 pour l’accompagnement des Polynésiennes et des Polynésiens avoisinera 20 milliards de Fcfp. Cela fait beaucoup d’argent, mais je me suis engagé à accompagner dans les meilleures conditions ma population. »

Mesures déjà en application :

– Élargissement de la liste des PPN pour un coût de 600 millions de Fcfp ;

– Extension de l’exonération de TVA et de CPS aux PGC ; il n’y a aucune taxe sur les PPN et les PGC ;

– Maintien du prix de la baguette de pain par le soutien du prix de la farine, qui a surenchéri de 70 % en l’espace d’un an : 1 milliard de Fcfp ;

– Exonération de droits et taxes sur les matériaux de construction dont l’estimation à ce jour est une baisse des coûts de l’ordre de 1,2 milliard de Fcfp ;

– Augmentations successives du SMIG depuis décembre 2021 : +6,44 % ;

– Augmentation du point d’indice des fonctionnaires ;

– Revalorisation des retraites ;

– Poursuite de la revalorisation de l’allocation adulte handicapé ;

– Baisse de la cotisation maladie de 2 points.

La priorité du gouvernement et la foi du Président en « la résilience des Polynésiens » :

Extrait : « Notre gouvernement œuvre sans relâche pour faire en sorte que chacun vive dignement des fruits de son travail. C’est ma priorité depuis le début de la mandature, mais cette priorité est devenue aujourd’hui une obsession. Venir au soutien de chacun dans ces moments difficiles, sans pour autant mettre en péril l’avenir de nos enfants, voilà le sens des mesures que nous avons proposées depuis maintenant plus de deux ans.

À ceux qui entretiennent la sinistrose à des fins électoralistes ou qui font croire que la solution réside dans les changements institutionnels, moi je réponds que j’ai confiance dans mon pays, j’ai confiance dans la capacité de nos entreprises, j’ai confiance dans notre population et dans notre jeunesse, j’ai confiance dans le bon sens de mes concitoyens. Je crois aux valeurs de la solidarité, de l’effort et du travail.

Je sais, parce que c’est déjà le cas, que trouverons en nous l’énergie et les talents nécessaires à la poursuite de la construction de notre pays. La résilience n’est pas un vain mot et je suis confiant lorsque je vois toutes les initiatives qui fleurissent, les forces positives qui se mobilisent. Aux efforts de chacun, aux initiatives de chacun, le pays apporte sa contribution, forte et déterminante, et c’est le sens des nombreuses mesures déjà mises en œuvre et de celles qui s’ajoutent et qui vous sont présentées ce matin. C’est ce qui donne tout son sens au mot : ensemble. C’est pourquoi je veux croire que ce qui nous rassemble sera toujours plus fort que ce qui nous divise. »

Teva Rohfritsch : « Une jolie distribution de cadeaux payée par les consommateurs polynésiens avec la taxe CPS à 6 mois des élections »

Le sénateur polynésien Teva Rohfritsch, qui a quitté récemment le parti du Tapura et siège à l’assemblée de la Polynésie française en tant que non-inscrit, a réagi sur les réseaux sociaux, après son intervention.

« Mon intervention de ce jour sur le collectif budgétaire aboutit à la conclusion malheureuse que la taxe CPS est de toute évidence utilisée par le gouvernement pour financer ses promesses de campagne annoncées à l’ouverture de la session budgétaire et non pour combler le trou béant de la CPS comme annoncé lors de sa création. Cette taxe CPS affiche 1 %, s’applique à toutes les transactions et n’est pas récupérable. Elle est donc payée par tous les acteurs et toutes les couches de la société polynésienne, y compris ceux qui n’ont pas d’emploi. Le ministre des Finances a reconnu que ces 6 milliards de recettes attendues sur l’année équivalent à une hausse de TVA de 3 points, c’est comme si nous étions passés de 16 à 19 % de TVA, mais il valait mieux masquer ces 3 points en créant une taxe habillée de 1 %.

Oublié le déficit annuel de 12 milliards de la CPS, elle va financer désormais la hausse des allocations familiales, la hausse du moni ruau comme celle du minimum vieillesse des salariés. Oui ces revalorisations sont bienvenues mais nous ne cautionnons pas le montage financier douteux et les jeux de passe-passe du gouvernement qui veut nous faire croire aux milliards tombés du ciel après avoir crié à la noyade. Une jolie distribution de cadeaux donc payée par les consommateurs polynésiens avec la taxe CPS à 6 mois des élections. Chacun appréciera. Est-ce le prix à payer pour faire oublier les comportements de nos dirigeants depuis un an ? Les Polynésiens ne sont pas dupes, ni sourds, ni aveugles. »

Voir la nouvelle liste des PPN (Produits de première nécessité) ci-dessous :

Voir la nouvelle liste des PGC (Produits de grande consommation) ci-dessous :

Lire l’allocution du Président ci-dessous :


Agression d’un élève au collège Henri Hiro de Faa’a

Un jeune extérieur au collège Henri Hiro de Faa’a s’est introduit dans l’enceinte de l’établissement profitant des mouvements d’élèves à la sortie de 14h lundi dernier. Le lycéen a porté un coup de couteau dans le dos d’un élève de 4ème qui aurait « refusé de se battre » et a ensuite tenté de s’échapper, avant d’être ceinturé par un personnel de l’établissement et remis aux forces de l’ordre.

L’élève blessé a aussitôt été pris en charge par l’infirmière du collège et évacué vers le Centre hospitalier du Taaone par les services de secours ; ses jours ne sont pas en danger. L’agresseur, lui, a été placé en psychiatrie.

La ministre en charge de l’Éducation, Christelle Lehartel, s’est dite « choquée par la gravité d’un tel acte qui constitue une première dans un établissement scolaire en Polynésie ». Elle a assuré de sa sollicitude la jeune victime, mais aussi le jeune agresseur, et leurs familles respectives sous le choc ; et exprime sa solidarité aux personnels de l’établissement sous le choc.


Guerre des télécoms : nouvel épisode

La guerre des télécoms se poursuit entre Vodafone et Vini. L’opérateur privé a en effet décidé d’attaquer l’obligation de souscription à une ligne fixe imposée par Onati pour chaque nouvel abonnement fibre. Une « injustice illégale » pour Vodafone, rapporte Tahiti Infos. Des frais incompressibles de « maintenance du réseau » justifie Vini. Patrick Moux, le patron de Vodafone, s’insurge « contre la vente forcée pour avoir l’accès internet par la fibre » et envisage de réclamer « l’arrêt immédiat de la facturation des lignes téléphoniques fixes » et une « sanction » contre Onati. Aux côtés de Vodafone, l’association de consommateurs Te Tia Ara compte, elle, demander le « remboursement aux consommateurs des sommes perçues toutes ces années pour la ligne téléphonique fixe »


Tourisme : Bora Bora vise le haut de gamme et complète son offre

Édouard Fritch, le maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, et l’homme d’affaires Louis Wane se sont rendus, mardi dernier, sur l’île de Bora Bora afin de visiter le chantier de l’ancien hôtel Le Méridien. Les travaux, qui ont commencé durant la crise Covid, ont généré « la création d’environ 200 emplois auprès d’une dizaine d’entreprises ». Le porteur de projet a notamment fait appel à six artistes locaux pour apporter une touche polynésienne.

Avec une augmentation d’environ 50 % de la capacité initiale, l’hôtel comptera 138 bungalows, dont 85 pilotis. Le propriétaire souhaite « développer un produit de qualité et adapté à la génération millénium avec un style épuré, ouvert et tourné vers le bien-être ».

En outre, une attention particulière sera portée à la clinique des tortues avec le développement d’une infirmerie permettant une meilleure prise en charge et une réhabilitation des tortues.

La réouverture de l’hôtel est prévue en octobre 2023 et devrait permettre de retrouver une capacité de lits proche de 2 000 pour l’hôtellerie classée sur l’île de Bora Bora. Le Président a remercié « Monsieur Wane pour ses investissements et pour l’intérêt qu’il porte au développement économique du Pays ».


Environnement : l’opération « Tahiti Urban Forests » a été un succès

L’opération de la Brigade Verte, association bien connue au Fenua pour ses actions de nettoyage, de plantation d’arbres et de sensibilisation à la protection de l’environnement, a rencontré un véritable succès populaire tout au long de la semaine du 3 au 8 octobre dernier.

Si près de 200 jeunes ont participé à l’opération « Clean Up Day » du 5 octobre, comprenant 90 éco-délégués du lycée Paul Gauguin et les membres de l’Association Hotuarea Nui, ce sont plus de 1 400 élèves (35 élèves de 40 classes) de la seconde à la terminale du lycée Paul Gauguin qui ont été sensibilisés aux éco-gestes.

En outre, une opération de plantation a été réalisée dans la cour du lycée Paul Gauguin, suivant la méthode Miyawaki, la création de micro-forêts urbaines. Pour se faire, les équipes de la Direction de l’équipement ont procédé à un « dé-bitumage » d’une large bande de terre pour permettre de créer, avec les élèves du lycée, la première micro-forêt urbaine de Tahiti.

L’événement s’est terminé par une grande projection populaire dans le Parc Paofai qui a réuni plus de 3 000 personnes, un public venu nombreux et parfois déguisé pour apprécier le film d’animation projeté, mais également les ateliers organisés par l’association à cette occasion.


Le projet Biomarine de Faratea reconnu dans le cadre de l’innovation pour la transition écologique

La Direction des ressources marines (DRM) et le projet Biomarine de Faratea font partie des 6 lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) Innover pour la transition écologique des territoires, lancé par l’association Transition Forum en mars 2022.

Ceci va permettre à la DRM et donc à ses partenaires futurs exploitants sélectionnés de Biomarine (réunis autour du Syndicat des aquaculteurs de Faratea, le SAFT), de bénéficier des éléments suivants :

• La publication dans le journal La Tribune, partenaire de l’AMI, d’un article dans Time for Transition, publication semestrielle de l’association, et d’une interview sur son site internet ;

• Une rencontre avec les équipes de la Banque des Territoires et de Aqua Asset Management, partenaires de l’AMI ;

• Une invitation à l’édition de l’événement Transition Forum à Nice des 28 et 29 septembre 2022, et à tous les évènements de networking associés ;

• Une participation à toutes les activités et initiatives de l’association Transition Forum, pendant un an.

L’association Transition Forum (https://www.transition-forum.org/) rassemble une communauté internationale de décideurs publics et privés engagés en faveur de la transition écologique. Elle met en valeur des solutions innovantes auprès de décideurs et d’investisseurs en France et à l’international, afin de favoriser la multiplication des projets à impact. Transition Forum travaille en partenariat avec la Banque des Territoires, Aqua Asset Management et La Tribune.

Lors de Transition Forum 2022, le pôle Mer Méditerranée (https://www.polemermediterranee.com/) va représenter le projet Biomarine pour la DRM et ses partenaires. En effet, le pôle Mer Méditerranée a labellisé la zone Biomarine et il travaille en collaboration avec la DRM pour accompagner la réalisation de ce projet de développement d’une aquaculture durable et intégrée avec les futurs exploitants.

La zone Biomarine est un projet d’aménagement public d’infrastructures d’aquaculture communes sur une superficie de 33 hectares située à Faratea, et dans laquelle les parcelles seront louées à des futurs exploitants présélectionnés sur des projets spécifiques suivants : crevette, holothurie, huître de roche, bénitier, larves de mouche, aliment aquacole. L’objectif à terme est d’y développer des solutions fondées sur la nature, en s’appuyant entre autres sur des techniques de bioremédiation, récentes en milieu tropical. Pour ce faire, la DRM a lancé un projet d’algoculture cofinancé par Protege (XIe Fonds Européen de Développement). En parallèle, la DRM fait également appel à l’Ifremer dans le cadre de projets de recherche et développement d’holothurie-culture et d’ostréiculture réalisés en partenariat tripartite avec des porteurs de projet privés sélectionnés qui investissent dans l’aquaculture et vont s’installer dans la zone Biomarine de Faratea.


Le Salon des Australes du 17 au 30 octobre

Le Comité organisateur des expositions artisanales des îles Australes (COEAA), présidé par Sabine Tamaititahio, organise la 19e édition du Salon des Australes du 17 au 30 octobre 2022 dans le hall de l’assemblée de la Polynésie française.

Ce salon permet de retrouver à Tahiti des artisans et des créations des 5 îles de l’archipel des Australes, un rendez-vous à retenir particulièrement cette année car cette réunion n’avait plus eu lieu depuis trois ans. Cette édition réunira 60 artisans venus de leur archipel spécialement pour l’occasion.


Compte-rendu du conseil des ministres

Découvrez en intégralité le compte-rendu du conseil des ministres du mercredi 12 octobre 2022 ci-dessous :


Inauguration du centre culturel Kuo Min Tang de Raiatea

Le nouveau bâtiment du centre culturel Kuo Min Tang, de la communauté chinoise de Raiatea a été inauguré samedi dernier. Fondée en 1918, et réunissant déjà plus de 300 membres à l’époque, l’association Kuo Min Tang Raiatea a décidé d’acquérir un terrain de près de 3 000 m2, d’y construire un centre culturel et une école chinoise, en plein centre-ville de Uturoa. Réel vestige du riche passé culturel des membres de la communauté chinoise de l’île, le Kuo Min Tang est un monument clé de l’histoire des habitants de Raiatea. Ce lieu, chargé de souvenirs, conserve près de 100 ans d’histoire. Son objectif est de « mieux faire connaître la communauté chinoise et ses traditions culturelles, afin de favoriser l’harmonie entre les hommes et les idées, par les échanges et les rencontres ».

Construit en 1922, le centre s’était évidemment détérioré au fil du temps malgré sa transition du bois vers le béton en 1943. C’est en 2003, suite à la sous-commission de sécurité des Iles-Sous-Le-Vent, que le Kuo Min Tang a cessé d’accueillir le public. Sous l’impulsion de l’ancien président de l’association de 1995 à 2019, Ferdinand Pinson, le Kuo Min Tang entame son projet de reconstruction à l’identique du bâtiment. Ainsi, après plus de 10 ans de combat pour rénover leur centre culturel, l’association, actuellement présidée par Christina Lachaux, a fièrement présenté son nouveau bâtiment.

Sensible à l’action culturelle menée par l’association depuis plus d’un siècle, le Conseil des ministres a octroyé, en décembre 2019, une subvention d’investissement au titre du soutien aux associations culturelles, de 15 millions de Fcfp. Également, pendant de longues années, le Kuo Min Tang a fait partie intégrante de la vie de l’île, car il a été le lieu de rencontres, de réunions, de festivités, et de divertissements, pour toutes les associations sportives, culturelles et politiques de l’île. Naturellement, la commune de Uturoa a également soutenu le projet avec plusieurs subventions, d’un montant total d’un peu plus de 14 millions de Fcfp.

Cependant, tout le mérite revient à l’association, qui, à travers diverses levées de fonds et de multiples donateurs, s’est démenée pour la réalisation de son projet. En effet, le coût total de la rénovation du bâtiment s’élève à plus de 117 millions de Fcfp. Le nouveau bâtiment, resté fidèle à l’architecture et au plan initial, se compose de deux immenses salles polyvalentes de 300 m2 au rez-de-chaussée et à l’étage, de deux salles de classe, d’un logement, et d’un grand espace extérieur à ciel ouvert. L’association a pour projet la réouverture des classes de mandarin, de conversation en Hakka, et éventuellement des classes de danses, d’anglais et de tahitien.

Avec communiqués

Partage