Retour
Réservé aux abonnés

Le gouvernement a confirmé sa volonté de réforme en profondeur de sa Protection sociale généralisée (PSG). Après avoir installé le nouveau CA réduit de la CPS, le ministre chargé de la PSG a saisi les divers partenaires sociaux pour les inviter à débuter les travaux pour l’édification de la PSG 2. Et réfléchir sur la création des cinq branches universelles. Il les invite aussi à définir les conditions d’une trajectoire durable, viable et conforme à l’objectif de justice sociale présidant à la mise en œuvre de la réforme. Vaste et redoutable programme pour les cinq commissions correspondant aux cinq branches de la PSG…

La définition des règles de fonctionnement et de représentativité au sein des commissions de travail risque, peut-être, de mettre en confrontation des enjeux de pouvoir au détriment des enjeux d’idées, de vision et de projets concertés. Ce serait une grave erreur et un danger à un moment où la situation appelle au dialogue, à l’intelligence et au débat constructif pour offrir des solutions. Ce qui est important, ce ne sont pas les rapports de force ni le fait de placer un, deux ou trois représentants dans les commissions selon les règles de représentativité habituelles. Ce qui est capital, c’est que chaque partenaire engagé arrive avec une vision, des propositions concertées en amont et en interne au sein de chaque force sociale présente pour enrichir le partenariat et la réflexion. Jean-François Bouthos, éditorialiste à Ouest-France, invitait récemment tout acteur engagé dans la vie sociale, dans le contexte de la situation difficile actuelle, à retrouver le sens de la modération pensée et argumentée. Il ne s’agit pas de taire sa différence. Il ne serait pas forcément opératoire de jouer le jeu de l’unanimisme. L’approche diverse est source d’enrichissement mais elle peut devenir stérile si elle aboutit à l’exclusion du point de vue de l’autre, et à un refus de tout ce qui ne nous conforte pas ou ne nous glorifie pas dans nos manières de voir et de vivre. Trois valeurs fondatrices de la réforme me semblent devoir être au cœur de la réflexion et des propositions de ce nouveau projet de protection universelle. Justesse, justice et équité sont nécessaires et totalement liées …

Partage