Retour

La première rencontre de l’année 2024 organisée par l’association Tāparau aura lieu demain, jeudi 1er février, de 18h à 20h, à la bibliothèque pour adultes de la Maison de la culture de Tahiti. Cette conférence sera consacrée à l’île de Rapa Iti, sa langue, ses spécificités culturelles et sociales, ses légendes, leur originalité et leur traduction en langue rapa (12 furent publiées en 2008, en version bilingue, dans l’ouvrage Légendes de RAPA ITI, publié aux éditions Au Vent des îles). L’entrée est gratuite et sans réservation.

En collaboration avec Te Fare Tahiti Nui – La Maison de la culture, l’association Tāparau vous convie à des soirées thématiques animées par des personnalités de la scène littéraire polynésienne. Ces rencontres promettent des échanges captivants, empreints de passion et d’humour. Le public est également invité à participer aux débats.

Le sujet de cette première conférence de l’année 2024 organisée par l’association Tāparau est « Rapa Iti, langue, littérature et oralité ».

Les principaux intervenants sont Christian GHASARIAN, ethnologue spécialiste de Rapa Iti, Rosine OITOKAHIA, traductrice des 12 premières légendes, et Takua PARENT, doctorante en linguistique en langue rapa à l’Université de la Polynésie française. Patricia BENNEL, professeure de Lettres à la retraite qui s’intéresse au bilinguisme mais aussi plume culturelle de notre rédaction, exposera quant à elle la genèse de cette conférence dont le contenu n’a cessé de s’enrichir au fil des échanges entre les participants et a abouti à de nouvelles publications de légendes de Rapa Iti.

Ce sera aussi l’occasion de présenter le travail acharné de Christian GHASARIAN et Ana PALMA-GHASARIAN, illustratrice, et de quelques raconteurs et nouveaux traducteurs, autant en rapa qu’en reo tahiti, au travers d’un livret tiré en édition spéciale pour la soirée reprenant des légendes issues de plusieurs sources mais aussi leur traduction en rapa et en reo tahiti. La rencontre sera animée par Martine Guichard.

Présentation des conférenciers et du contenu de leur intervention par ordre de passage

Patricia BENNEL, professeure de Lettres à la retraite, ancienne coordonnatrice du Groupe-Langues, très impliquée dans le bilinguisme et la co-traduction, secrétaire de l’association Tāparau.

Elle évoquera la genèse de ce projet de conférence sur Rapa Iti qui aboutit à un projet beaucoup plus vaste et ambitieux en ce qui concerne la conférence avec en plus de l’évocation des recherches sur Rapa qui permettent de comprendre son organisation sociale et culturelle, une intervention sur les légendes de Rapa en bilingue (premier livre écrit en langue rapa) et leur traduction, et une autre sur la langue rapa. Elle indiquera comment les échanges entre les différents protagonistes aboutirent au projet de cette conférence. Une belle aventure culturelle et humaine! 

Christian GHASARIAN, né en 1957, à Paris. Ethnologue, professeur émérite de l’Université de Neuchâtel en Suisse. Après des travaux dans plusieurs continents, il effectue des recherches en Polynésie depuis 1985 et dans l’île de Rapa depuis 2001. C’est un spécialiste de l’île de Rapa ancienne et contemporaine. 

Grâce aux récits d’Alfred MAKE (décédé en 2012), il publia un 2008 (éditions Au Vent des îles) un premier livre de 12 légendes de l’île Rapa : Légendes de Rapa Iti qu’il rédigea en français et qui furent traduites en langue rapa par Rosine Tematahotoa-Oitokoia. En 2016 vit le jour un livre qui permet de découvrir l’histoire de Rapa entre 1791 et 1956 : RAPA une île du Pacifique dans l’Histoire 1791-1956 (éditions ‘Api Tahiti)à partir de ses recherches sur tous les témoignages concernant l’île de Rapa depuis ceux de Vancouver qui la découvrit en 1791 jusqu’aux recherches de Thor Heyerdhal (1956).                                           

Il exhuma le manuscrit de l’ethnographe John STOKES : des notes prises par John STOKES durant un séjour de 9 mois en 1921 et remises en 1930 à son commanditaire le Bishop Museum d’Hawaii mais jamais publiées, il les traduisit, les mit en forme et les préfaça pour en faire un livre Ethnologie de l’île de RAPA publié en 2021 (éditions ‘Api Tahiti).

Et en 2022 fut publié, d’après ses propres travaux depuis 2001, RAPA île du bout du monde, île dans le monde (éditions ‘Api Tahiti)qui permet une connaissance plus récente de l’île de Rapa et de l’évolution de son fonctionnement.                                                                                                                                               

Il prépare la préface et la rédaction en français de légendes de Rapa recueillies à divers moments qui seront traduites en rapa et en reo tahiti et paraîtront prochainement aux éditions ‘Api Tahiti : une première édition de 15 légendes, puis une seconde de 35 légendes.

Dans cette conférence il mentionnera les deux ethnologues qui l’ont précédé à Rapa (STOKES en 1921 et HANSON en 1964) et ce qu’ils ont étudié. Puis il parlera de ses propres recherches et publications depuis 2001 et évoquera les spécificités culturelles et sociales de l’île de Rapa.

Rosine OITOKOIA est née à Rapa, en 1976. Elle a suivi ses études au collège de Tubua’i (dans l’archipel des Australes) où elle a appris la langue Ra’ivavae, Rurutu et Rimatara auprès de camarades, puis au lycée polyvalent de Ta’aone (Papeete).

Après avoir étudié les langues mā’ohi, telles que la langue tahitienne, le pa’umotu, la langue marquisienne, le maori à l’Université de Polynésie française à Tahiti, elle a effectué diverses recherches sur les langues et cultures Rapa et Ra’ivavae. Elle a également effectué une mission archéologique à Rapa avec des chercheurs anglophones, puis suivi des stages de formation au Service de la Culture et du Patrimoine à Tahiti. Elle parlera de son travail de traduction en langue rapa des 12 premières légendes, et de son implication dans la langue et la culture de son île. Elle lira au moins deux courtes légendes en français et en rapa.

Takurua PARENT est une enfant de Rapa ayant suivi un parcours scolaire typique de celui des enfants de l’île : primaire à Rapa, départ vers 10 ans pour l’internat du collège de Tubuai et années lycée à Tahiti.

Elle se lança dans des études en langues polynésiennes à l’Université de Polynésie française où elle prit goût à l’étude du fonctionnement des langues. Aujourd’hui, à 24 ans, elle commence une thèse en linguistique sur le rapa. Elle parlera de la spécificité de la langue rapa.

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage