Retour

Pour l’événement, plusieurs temps forts sont à noter dans vos agendas : le quart d’heure de lecture ouvert à toute la population, jeudi 10 mars, puis la grande dictée, adressée aux établissements scolaires, qui se tiendra à l’assemblée, vendredi 18 mars. La veille, jeudi 17 mars, ne manquez pas également la soirée littéraire sur le thème « Faut-il être natif d’un pays pour écrire son histoire ? », à la Maison de la culture.

Pour sensibiliser à l’importance de la lecture, et manifester ensemble notre attachement au livre, en cette année de grande cause nationale, le Centre national du livre (CNL), en collaboration avec l’association Tāparau, l’association Polynélivre, le Club polynésien de la francophonie, ainsi que de nombreux acteurs de l’Éducation et l’ensemble de ses partenaires, lance un « quart d’heure de lecture » simultané dans toute la France, le jeudi 10 mars 2022, à 10 heures.

Au Fenua, des activités sur le terrain à la rencontre du public seront proposées. Conscient que la lecture passe d’abord par le fait de posséder un livre, de préférence en support papier et d’être accompagné ou encouragé, l’association Polynélivre, déjà connue pour ses activités d’échange et de partage des ouvrages, met à disposition pas moins de 23 boîtes à livres sur tout le territoire pendant cette opération.

Les deux temps forts seront l’inauguration de la boîte à livre au marché de Papeete, ce mercredi 9 mars à midi, avec le soutien de la commune de Papeete et de la direction du marché. Jeudi 10 mars, de 9h à 12h, sur le parvis de la Cathédrale, le Bibliobus de la commune de Papeete sera rempli de livres offerts au public ; chacun pourra choisir l’ouvrage qu’il souhaite et repartir avec. Des auteurs et illustrateurs seront présents et pourront accompagner la lecture et en proposer des extraits.

Parallèlement, 19 Centres de documentation et d’information (CDI) des établissements scolaires de Tahiti mais aussi des îles (Ua Pou, Rurutu, Makemo, Îles Sous-le-Vent…) auront un moment spécial lecture de 15 minutes avec leurs élèves. « Nous avons voulu non seulement être un relais d’un encouragement à lire, mais être des acteurs de terrain au plus près des personnes pour dire que contrairement aux idées reçues oui, #jelisatahiti et dans les îles », expliquent les organisateurs.

Une grande dictée à l’assemblée

La semaine suivante, le vendredi 18 mars, de 9h à 11h, ce sera une grande dictée qui sera proposée depuis l’assemblée de la Polynésie française. Joseph Maroun, le président du Club polynésien de la francophonie, a souhaité « se rattraper après deux années de privation » en raison de la crise sanitaire et a vu les choses en grand. Ainsi, certains élèves participeront directement à l’événement au sein de l’hémicycle, tandis que d’autres suivront la dictée par visioconférence. Plusieurs personnalités feront un discours.

Christelle Lehartel, ministre de l’Éducation, retrouvera quant à elle sa casquette d’enseignante pour la lecture de ce texte, dont l’auteur n’a pas encore été dévoilé mais qui est une professeur polynésienne… Les élèves feront ensuite chacun leurs autocorrections. D’autres collégiens auront, eux, la visite de Coco la conteuse pour la lecture d’un conte libanais, Les Trois frères.

Une soirée littéraire le 17 mars

Par ailleurs, la veille, le jeudi 17 mars, à partir de 18 heures, une soirée débat sera organisée par l’association Tāparau sur le thème : « Faut-il être natif d’un pays (quel qui soit) pour écrire son histoire ? », à la Maison de la culture. Un rendez-vous littéraire à ne pas manquer, qui devrait être fort intéressant !

Plus d’informations sur cette soirée littéraire gratuite ici…


Les nombreux bienfaits de la lecture sur notre santé

« Les multiples bienfaits de la lecture ne sont plus à prouver et ont fait l’objet d’études scientifiques bien fournies. Ils touchent à de nombreux domaines : celui de la santé, du développement cérébral, de la connaissance, de l’expression écrite et orale. À tout âge, la lecture est donc une pratique bénéfique et salutaire ! La lecture permet l’éveil de l’enfant en favorisant le développement cérébral et psychique dès le plus jeune âge. Elle est également une formidable école d’apprentissage de l’empathie et du rapport aux autres. En ayant accès aux pensées et sentiments de personnages variés, la lecture facilite l’apprentissage des rapports sociaux. La lecture nous fait donc sans cesse rencontrer l’autre. La lecture contribue au développement du vocabulaire. La maîtrise de la langue orale, mais aussi écrite, est essentielle. Elle permet d’avoir une pensée claire et d’être mieux compris, entendu et reconnu pour pouvoir prendre sa place en tant qu’individu et en tant que citoyen présent et actif. Plus le lecteur est jeune, plus il accumule un vaste champ de mots de vocabulaire et développe un très bon niveau de langue : une étude menée par l’Université de Berkeley (Californie) estime que la littérature jeunesse expose l’enfant à 50 % de mots en plus qu’une émission télévisée. Communiquer avec les autres, réfléchir par soi-même, trouver sa place, s’informer, transmettre un savoir : tout cela, la lecture nous l’offre. Par ailleurs, la pratique de la lecture est bonne pour la santé. Elle agit sur la réduction de l’anxiété : David LEWIS, neuropsychologue et chercheur à l’Université du Sussex, estime que la lecture permet de réduire le stress plus efficacement que n’importe quelle autre activité. Elle permettrait une baisse du stress de 68 % contre 61 % pour la musique et 58 % pour une tasse de thé ! Une lecture de quelques minutes seulement ferait baisser la tension musculaire et le rythme cardiaque presque immédiatement. La lecture améliore grandement la qualité du sommeil. Elle améliore aussi la concentration et l’attention : en captivant le lecteur, elle le coupe de toutes les autres distractions. De manière plus générale, selon la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, la lecture stimule le cerveau et aide à réduire la détérioration cognitive de 32 %. Elle permet également de réduire de 2,5 % le risque de développer certaines maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. En cela, la lecture préserve la mémoire et augmente la longévité ! »

Source : CNL

Partage