Retour

Dans ces moments de grandes tensions, le président de la Polynésie française, Moetai Brotherson, réitère « son appel au calme et au dialogue ».

« C’est dans cet esprit de responsabilité que le Gouvernement a autorisé l’expédition d’une soixantaine de poches de sang, le mercredi 14 mai dernier, pour donner suite à l’appel formulé par le Haut-Commissariat de la Nouvelle-Calédonie afin de répondre aux besoins urgents de l’Hôpital de Nouméa. Une opération conjointement menée par le ministère de la Santé, le Centre hospitalier du Taaone, la Direction de la Santé et le Haut-Commissariat de la République en Polynésie française.
Le Président de la Polynésie française adresse ses sincères remerciements à l’ensemble des acteurs qui ont contribué au succès de ce convoyage militaire et réaffirme ainsi son soutien plein et entier à aux peuples qui vivent sur ce territoire. Selon les informations que les autorités de l’État en Polynésie française ont communiqué au Territoire, les ressortissants locaux coincés en Kanaky ont pu trouver des conditions d’hébergement assurant un minimum de sécurité.
Un recensement a été lancé pour établir le nombre exact de ressortissants souhaitant revenir au Fenua et leurs conditions d’hébergement. Un formulaire en ligne a été ouvert pour le réaliser http://tauturu.presidence.pf. Une première estimation dénombre 145 personnes en attente d’un vol pour Papeete.
L’Etat a autorisé la Nouvelle Zélande et l’Australie à affréter des vols de rapatriement pour évacués les personnes vulnérables prioritairement. Si nous nous réjouissons que ces familles retournent dans leurs pays, cela est de nature à nous interroger sur les possibilités pour nos propres citoyens. Les autorités de la Polynésie française demandent à l’Etat qu’une autorisation exceptionnelle soit donnée pour qu’un vol depuis le Caillou puisse avoir lieu en direction de l’aéroport de Tahiti-Faa’a. Il est désormais nécessaire de permettre aux familles polynésiennes de se retrouver et c’est en ce sens que le Gouvernement local travaille.
Aux familles des ressortissants, le Président de la Polynésie française, Moetai BROTHERSON, tient à leur assurer de sa pleine et entière implication. Le Président de la Polynésie française insiste sur la nécessité d’une sortie de crise rapide et salue l’initiative du Président de la République d’aller sur la Grande Terre. Une issue pacifique est indispensable et atteignable par le consensus et dans l’esprit qui a habité les anciens après les évènements.

Le Président de la Polynésie française, salue enfin les initiatives privées prises afin d’acheminer par voie maritime des dons vestimentaires et alimentaires destinés à nos frères et sœurs du Pacifique avec lesquels nous sommes liés par l’histoire, indiquant ainsi que le peuple Polynésien est prêt à participer à l’effort dans un objectif de réconciliation et d’apaisement.
C’est ainsi que le gouvernement se joindra à la messe œcuménique organisée par le Père Landry BOYER, Vicaire Général du Diocèse et Curé de la paroisse Maria no te hau de Papeete où elle se déroulera ce mercredi 22 mai à partir de 18 h. »

Communiqué de la Présidence

Laisser un commentaire

Partage