Retour
Réservé aux abonnés

Surprises en série samedi 18 juin avec le second tour des élections législatives au Fenua. Comme il se doit en démocratie, les vainqueurs doivent être félicités quoi qu’on pense de leur campagne et des étonnants ralliements qui leur ont donné la victoire. Bravo donc… ce qui n’empêche pas de réfléchir (peut-être pour infléchir le cours des choses) ! Car, bien sûr, la question qui est maintenant sur toutes les lèvres est : ces élections annoncent-elles déjà les résultats des élections dites territoriales de 2023 ? L’avenir n’appartient à personne mais un peu d’analyse peut aider à étudier « le champ de bataille » futur.

D’abord une différence de loi électorale

La loi électorale relative aux législatives est (dans les circonstances actuelles) défavorable au Tapura. L’obligation de recueillir 12,5 % des inscrits, quand la participation électorale n’atteint pas 50 %, rend quasi impossible la confrontation de trois candidats. Seuls deux restent en lice et, naturellement, si les battus du suffrage universel veulent prendre une revanche sur le parti au pouvoir et recommandent le vote sanction contre lui, quel que soit le candidat d’opposition, l’arithmétique électorale laisse présager la défaite des candidats du pouvoir en place. Dans une certaine mesure, le même mécanisme s’est enclenché en Métropole contre le camp du président de la République …

Partage