Retour
Réservé aux abonnés

Le Syndicat autonome des retraités (SGARP) a accepté l’invitation adressée par le président du Pays à l’ensemble des partenaires sociaux pour les vœux 2023. C’est une chance, en démocratie, de pouvoir se rencontrer au-delà des différences d’analyses et de points de vue sur la réalité économique et sociale du Pays. Cependant, force est de constater que le compte n’y est pas : il manque 5 % et d’autres réformes…

Comme cela était prévisible, le discours a été une apologie de la politique conduite par le gouvernement actuel tendant à montrer qu’aucune autre politique ne pouvait être conduite, compte-tenu de la crise sanitaire et la crise internationale. C’est ainsi que la TVA sociale a été à nouveau justifiée, le président du Pays félicitant même le président du conseil d’administration de la CPS, Patrick Galenon, en même temps secrétaire général de la CSTP-FO, de son appui et soutien sur l’adoption de cette taxe. Cela a fait un peu bondir le représentant du SGARP qui a toujours considéré qu’elle avait un effet négatif pour les catégories les moins aisées. Le président du Pays a beaucoup parlé d’union nécessaire. Dans les débats privés d’après-séance des vœux, le représentant du SGARP s’est permis de préciser que l’union n’impliquait pas l’unanimisme et que le débat restait indispensable au progrès social. Pour le SGARP, le compte n’y est pas et les beaux discours ne suffisent plus et n’engagent que ceux qui les prononcent, surtout en période électorale. Le président a parlé de solidarité et de justice sociale mais pour l’instant, ce ne sont que des mots …

Partage