Retour

Alors que la Nouvelle-Calédonie vient de voter une taxe pour les produits sucrés (lire notre article), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle les gouvernements à augmenter les taxes sur les boissons sucrées et alcoolisées, déplorant que trop peu de pays aient recours à leur taxation pour inciter les consommateurs à renoncer à des habitudes néfastes pour la santé. Et au Fenua, on attend quoi ?

Après avoir étudié les taux de taxation de ce type de produits, l’OMS a conclu que le taux de taxation moyen sur « ces produits mauvais pour la santé » était bas, et qu’une hausse permettrait d’améliorer la santé des populations.

« L’OMS recommande que les accises s’appliquent à toutes les boissons sucrées et boissons alcoolisées », indique un communiqué rendu public à Genève.

Selon l’OMS, 2,6 millions de personnes par an décèdent à cause de la consommation d’alcool, et plus de 8 millions en raison de la consommation de produits néfastes pour la santé.

« L’imposition de taxes sur l’alcool et les boissons sucrées réduira ces décès », a assuré l’OMS.

Il ne s’agira pas seulement d’une mesure dissuasive pour les consommateurs, mais aussi d’une mesure incitative pour encourager les entreprises à produire des boissons plus saines.

Selon l’OMS, 108 pays imposent des taxes sur les sodas et boissons sucrées, mais le taux de taxation moyen ne représente à peine que 6,6 % du prix d’un soda.

La moitié de ces pays imposent également des taxes sur l’eau, ce qui est contraire aux recommandations de l’OMS.

« La taxation des produits mauvais pour la santé améliore l’état de santé des populations. Elle a des répercussions positives pour la société, moins de maladies et de débilité, et des sources de revenus pour les gouvernements pour assurer les services publics », a déclaré Rudiger Krech, directeur de l’OMS pour la promotion de la santé.

« Dans le cas de l’alcool, les taxes contribuent à prévenir la violence et les traumatismes dus aux (accidents) de la route », a-t-il souligné.

Mardi, l’OMS a publié un manuel sur la taxation de l’alcool à l’intention des 194 États membres de l’organisation.

Un prix minimum, combiné à une taxe, permettrait de diminuer la consommation d’alcool bon marché ainsi que les hospitalisations et morts dus à l’alcool, les infractions au code de la route, et la criminalité, selon les recommandations du manuel.

Quelque 148 pays imposent des accises sur les boissons alcoolisées. « Cependant le vin est exempté des taxes d’accise dans au moins 22 pays, la plupart en Europe », a relevé l’OMS.

En moyenne, la taxe d’accise sur la marque de bière la plus vendue est de 17,2 %, tandis que celle sur la marque la plus populaire du spiritueux numéro un des ventes est de 26,5 %, a indiqué l’OMS.

Source : Agence France-Presse

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage