Retour
Réservé aux abonnés

Le 8 mai 1903, Paul Gauguin s’éteint seul et presque aveugle dans sa « Maison du Jouir » à Hiva Oa, aux Marquises. L’artiste était hanté par une quête du sauvage qui lui donne une dimension tragique. L’homme ira jusqu’au bout de ses rêves et il paiera cher son audace. Aujourd’hui, 120 ans après sa mort, « Koké »…

« Ce n’est pas juste d’imposer un impôt vicinal aux misérables habitants d’une petite île où l’Etat n’a pas construit un mètre de routes, de sentiers ou de voies, et où dès qu’on sort d’Atuona, on affronte de partout une forêt abrupte et dense. » Ainsi s’exprimait Paul Gauguin lors de son arrivée aux Iles Marquises en 1901. Pour la première fois, depuis son arrivée à Tahiti, dix ans auparavant, il défend les Polynésiens contre les abus des autorités administrative et religieuse. L’épilogue d’un parcours de vie qui allait mener cet artiste libertaire et révolutionnaire en Bretagne, en Provence, au Panama, à la Martinique, puis à Tahiti et aux Marquises… L’homme et son œuvre allaient inspirer l’art pictural du XXe siècle …

Laisser un commentaire

Partage