Retour

« L’ESSENTIEL DE LA SEMAINE » – Tous les vendredis, ne retenez que l’essentiel de l’actu dans PPM.

Hydrocarbures : on passe à la caisse le 1er juillet

On s’y attendait, le gouvernement l’a annoncé mercredi dernier : le renchérissement des carburants sur la scène internationale met à mal le Fonds de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH) et la trésorerie du Pays. En effet, ce mécanisme de régulation, fortement sollicité sur une longue période, ne suffit plus à compenser les écarts entre les prix des hydrocarbures importés et leurs prix de vente au détail. Or, la crise risque de durer, voire de s’aggraver, selon les experts internationaux. 

La hausse du prix des carburants a été évitée jusqu’à présent grâce à l’intervention du FRPH. Depuis le début de l’année, les plus de 3 milliards de Fcfp de réserves du fonds ont été consacrés à la stabilisation des prix, dans le cadre du plan de lutte contre la vie chère mis en place par le gouvernement. Le Pays s’apprête, aujourd’hui, à « injecter 4 milliards supplémentaires, issus des réserves du budget général pour continuer cette action ». 

En stabilisant le prix des hydrocarbures, dans un contexte de crise et de relance économique, le gouvernement souhaitait limiter la hausse du prix du carburant, malgré les effets de la guerre en Ukraine et l’inflation mondiale. Afin de compenser cette hausse, la mobilisation du FRPH semblait nécessaire, mais cette mesure ne pouvait qu’être temporaire. Malheureusement, le constat est le suivant : les cours du pétrole ne se stabilisent pas, donc le prix à la pompe augmente partout dans le monde. En Polynésie, « le FRPH ne peut plus compenser une hausse aussi forte sur une période aussi longue, sans mettre en péril les équilibres budgétaires », explique le gouvernement, qui « n’a plus d’autre choix que de revaloriser les prix des carburants ». Et de préciser : « Toutefois, l’apport de 4 milliards du budget général au FRPH permettra de ne pas répercuter la totalité des hausses constatées à l’importation ».

Pour l’heure, nous ne savons pas encore quel est le pourcentage exact d’augmentation ; des concertations sont engagées entre le Pays et les professionnels du secteur. Le gouvernement fixera les prix des carburants au 1er juillet.

Le ministre des Finances, Yvonnick Raffin, a expliqué : « Nous devons éviter de mettre en danger les finances du Pays, c’est donc une décision de saine gestion qui préserve l’avenir. C’est aussi une décision difficile dans le contexte actuel, et donc courageuse, juste avant le 2e tour des législatives. Nous avons voulu être transparents et ne pas piéger les Polynésiens. C’est un acte de responsabilité que nous assumons. Dès que les prix baisseront, naturellement les prix à la pompe baisseront également. »

On veut bien le croire, mais, après la crise sanitaire, l’inflation due à la guerre en Ukraine et la TVA « sociale », c’est bien notre porte-monnaie qui sera de nouveau pompé, et notre pouvoir d’achat encore réduit…

Ci-dessous les détails de l’évolution internationale du coût des carburants :

Compte-rendu du conseil des ministres

Découvrez ci-dessous l’intégralité du compte-rendu du conseil des ministres du 15 juin 2022 :

Affaire Bill Ravel/Cyril Le Gayic : un an ferme requis contre le syndicaliste « racketteur »

Le procès pour corruption de l’affaire Ravel/Le Gayic s’est tenu mardi dernier, sur une seule journée alors que trois jours étaient prévus. Il est reproché à l’homme d’affaires Bill Ravel et au syndicaliste Cyril le Gayic d’avoir convenu, en mars 2008, un accord financier à hauteur de 11 millions de Fcfp. En effet, une grève bloquant le port de Papeete, l’un des pétroliers de la société Pétrocéan appartenant à Bill Ravel ne pouvait plus débarquer sa cargaison. Ravel, par l’intermédiaire de Gaston Tetuanui, avait alors pris contact avec Le Gayic, qui lui aurait réclamé 1 million de Fcfp. Le représentant de la centrale CSIP (Confédération des syndicats indépendants de Polynésie) se serait montré ensuite très gourmand, lui demandant encore et encore de l’argent, soit au total 11 millions de Fcfp sur trois ans. Le premier, à la barre, a estimé être victime de « racket ». Quant au second, il dément avoir « sollicité de l’argent » ; pourtant, le procureur a précisé qu’il avait « reconnu les faits devant les juges d’instruction ». Il est finalement menacé d’un an de prison ferme et de deux ans avec sursis, ainsi qu’une amende de 11 millions de Fcfp. Deux ans de prison avec sursis ont été requis contre Bill Ravel, avec également une amende de 11 millions de Fcfp. Quant à Gaston Tetuanui, le procureur a demandé un an de prison avec sursis et une amende de 3 millions de Fcfp, dont 2,5 millions assortis d’un sursis simple. Le délibéré sera rendu le 21 juin.

Présentation de la grande pirogue double de la place Tu Marama

Une cérémonie de présentation officielle de la grande pirogue double construite à Taputapuatea s’est tenue avant son expédition vers la Place Tu Marama à Papeete.

Cette grande pirogue traditionnelle d’une dimension de 18 mètres de long et des mâts hauts de 15 mètres a été construite par une équipe de jeunes polynésiens dirigée par John Rere. Cette grande pirogue double sera installée sur la Place Tu Marama, à Papeete. Papa Maraehau, grand tahua de Taputapuatea, a proposé le nom jumeau symbolisant la double coque de Te Ra Nui Marama – Marama Nui i te Ra, à cette pirogue.

Cette construction constitue « une grande fierté pour les jeunes de Raiatea qui ont été impliqués dans cette œuvre de longue haleine ; fierté culturelle, fierté d’artisan, fierté de travailleurs qui se sont investis dans cette œuvre » a souligné le président du Pays dans son allocution.

Une seconde pirogue double sera également construite, toujours à Taputapuatea, et positionnée dans le lagon face au Marae de Taputapuatea, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Un centre socio-culturel près du temple Kanti de Mamao

Le nouveau bureau du Si Ni Tong, conduit par son président Timi Wong Yut, a annoncé lors d’une rencontre avec le gouvernement la construction prochaine d’un centre socio-culturel de près de 1 000 m2 près du temple Kanti de Mamao. Ce sera un espace dédié à la culture et aux pratiques culturelles chinoises afin d’assurer la transmission de ces savoirs à la jeune génération. L’association Si Ni Tong travaillera également sur un projet évoqué avec le maire de Teva I Uta, celui d’un mémorial dédié à l’arrivée des premiers chinois il y a plus de 150 ans, sur le sol de Mataiea.

L’association Si Ni Tong avait, à l’origine, pour objectif principal d’aider les nouveaux arrivants de Chine à s’intégrer en Polynésie française. Sa vocation est désormais exclusivement culturelle : enseigner et promouvoir la culture chinoise, aider les membres de la communauté en général et entretenir la mémoire de la communauté et les liens avec la Chine.

Concours photo « Millimages des récifs »


Ouvert à toutes les personnes résidant en Polynésie, jusqu’au 15 octobre 2022, ce concours a un double objectif : affiner le regard des photographes participants en leur imposant un défi (thématique imposée) et des contraintes (pas d’espèce protégée) et proposer à l’issue du concours une exposition photo sur les merveilles sous-marines du Fenua (avec détails scientifiques), présentée dans différents lieux de Polynésie.
Le concours, à l’initiative de l’Institut des récifs coralliens du Pacifique, propose également une catégorie destinée aux jeunes.

Les informations détaillées ci-dessous :


Élections législatives : Horaires d’ouverture et de fermeture des bureaux de vote

À l’occasion du deuxième tour des élections législatives qui aura lieu le samedi 18 juin 2022, les 250 bureaux de vote des 48 communes de Polynésie française seront ouverts de 8 heures à 18 heures, à l’exception des bureaux de vote suivants. Voir ci-dessous :

Avec communiqués

Partage