Retour

Alors que le Caillou est en proie à de violentes émeutes qui ont déjà fait cinq morts (trois civils et deux gendarmes) suite au vote de la réforme constitutionnelle par Paris que refusent les indépendantistes, le Haut-commissariat et la Présidence en Polynésie française manifestent leur soutien en espérant que la voie du dialogue l’emporte… L’état d’urgence est entré en vigueur et l’armée a été déployée avec des renforts envoyés hier.

« Face aux besoins urgents de la Nouvelle-Calédonie, le Haut-commissariat de la République en Polynésie française réalise plusieurs actions concrètes. Hier soir, une opération urgente a été menée, grâce au soutien du ministère de la Santé polynésien et à la réactivité des équipes du CHPF, pour mettre à disposition de l’hôpital de Nouméa, une soixantaine de poches de sang. Un moyen militaire des forces armées en Polynésie française (COMSUP) a été mobilisé immédiatement ainsi qu’une équipe médicale militaire. Après 10 heures de vol, l’avion est bien arrivé en Nouvelle-Calédonie en fin de matinée (heure de Tahiti).

L’aéroport de La Tontouta étant fermé, Walllis-et-Futuna est également impacté. Cette opération doit permettre donc de réaliser une évacuation sanitaire vers Tahiti pour une urgence médicale en cours de prise en charge à Wallis-et-Futuna.

Le Haut-commissaire de la République remercie l’ensemble des services de l’État qui participent à ces différentes opérations de soutien. Il témoigne également de sa reconnaissance aux services du Pays qui ont apporté leurs concours. »

Le Haut-commissariat met en place une adresse mail dédiée pour les questions en lien avec les événements en Nouvelle-Calédonie qui sera active à compter d’aujourd’hui : info-nc@polynesie-francaise.pref.gouv.fr

Communiqué du Haut-commissariat

———

Moetai Brotherson appelle « au calme et au dialogue »

« Dans ces moments de grandes tensions, le président de la Polynésie Française, Moetai Brotherson, a souhaité appeler au calme et au dialogue. Le peuple polynésien est prêt à participer à l’effort dans un objectif de réconciliation et d’apaisement. Il est impératif que tous comprennent que nous sommes Océaniens et que ce qui se passe chez nos frères et sœurs du Pacifique nous affecte et nous affectera encore. Nous sommes liés par l’histoire et le sang et cela nous oblige. C’est dans cet esprit de responsabilité que le Gouvernement a autorisé l’expédition d’une soixantaine de poches de sang. Une opération conjointement menée par le ministère de la Santé, le Centre hospitalier de la Polynésie française, la Direction de la Santé et le Haut-commissariat de la République en Polynésie française. Cette action fait suite à l’appel formulé par le Haut-commissariat de la Nouvelle Calédonie pour répondre aux besoins urgents de l’Hôpital de Nouméa. L’expédition a été réalisée cette nuit à une heure du matin. Ce dernier a fait un arrêt à Wallis-et-Futuna, dont l’aéroport Tontouta est fermé, pour permettre l’évacuation sanitaire d’un patient.

Le président de la Polynésie française adresse ses sincères remerciements à l’ensemble des acteurs qui ont contribué au succès de ce convoyage et réaffirme ainsi son soutien plein et entier à aux peuples qui vivent sur ce territoire. Malheureusement, le conflit ne semble pas décroître et les autorités du Pays et celles de l’État en Polynésie française se tiennent prêtes à se mobiliser. Nous tentons activement de trouver des solutions pour les ressortissants polynésiens bloqués sur la Grande Terre et les Calédoniens aussi coincés sur notre territoire.

Māuruuru e te aroha ia rahi »

Communiqué de la Présidence

Laisser un commentaire

Partage