Retour

La 54e édition du Salon des Marquises a ouvert ses portes au public, ce matin, au Parc des expositions de Māma’o, mettant à l’honneur la créativité et l’identité des Îles Marquises. Un événement, qui se tiendra jusqu’au 26 novembre, de 8h à 18h, et dont l’inépuisable énergie permet aux artisans d’exposer deux fois par an à Tahiti.

Cet événement, soutenu par le Pays et l’État, est organisé par la fédération « Te Tuhuka o te Henua Enana », présidée par Marc Barsinas, et avec le soutien du service de l’Artisanat traditionnel – Te Pū ‘ohipa rima’ī. Il figure aujourd’hui comme l’un des rendez-vous culturels de l’année les plus attendus.

Un univers unique regroupant les savoir-faire traditionnels, les pratiques ancestrales et les pratiquent modernes de 86 artisans, issus de 33 associations venues de toutes les îles de l’archipel des Marquises. Durant ces 10 jours d’exposition-vente, du 16 au 26 novembre, les artisans pourront bénéficier de cette vitrine leur permettant de partager leur culture et leur talent, mais également de présenter la diversité et la richesse des expressions de l’artisanat marquisien.

Le public pourra ainsi découvrir les spécificités de chaque île dans le plus pur respect des traditions. Des tiki, penu, ‘ūmete sculptés dans des bois nobles, de l’os, de la roche ou de la pierre fleurie, des tapa issus des écorces d’arbre à pain, de banian ou de mûrier, ainsi que des parures en os et en graines, démontrent toute la créativité de cette culture ancestrale.

Tout au long du salon, la fédération organise également de nombreuses animations : prestation de danse, confection de kumu hei, enfilage de collier de graines, peinture sur tapa et un concours de reproduction d’une rame oiseau sculptée dans du bois. Des rendez-vous qui invitent les visiteurs à voyager au cœur de l’identité de l’artisanat marquisien.

Les samedis 18 et 25 novembre sont à noter tout particulièrement, avec l’organisation de journées spéciales marquisiennes, sous forme de tableaux vivants. Les démonstrations sont variées et s’enchaînent tout au long de la journée, en art culinaire notamment, avec la préparation de ka’aku et la vente de plats typiques.

Avec communiqué

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage