Retour
Réservé aux abonnés

Qui parmi vous connaît le général Albert Buchalet (1911-1987) ? Dommage ! car si cet homme a été l’un promoteurs de la bombe atomique au sein du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), il a aussi réfléchi aux problèmes de la démocratie dans un pays soumis à la violence de la vie politique et aux tourments des relations…

Avant de critiquer tous azimuts les dirigeants politiques (c’est la mode), peut-être faudrait-il réfléchir aux difficultés de l’application de la démocratie. Les secousses que connaît actuellement la Russie devraient nous montrer que les régimes autoritaires (voire totalitaires) ont des limites. S’ils sont parfois apparemment efficaces, un jour ou l’autre, les masques tombent. Ainsi, Charles de Gaulle analysa-t-il les dérives inévitables des « hommes forts » avec leur « goût caractéristique des entreprises démesurées, la passion d’étendre coûte que coûte leur puissance personnelle, le mépris des limites tracées par l’expérience humaine, le bon sens et la loi » (La discorde chez l’ennemi, 1924). Ce texte qui a presque cent ans aurait dû être lu et médité par Vladimir Poutine et tout autre personnage qui lui ressemble …

image_printImprimer/PDF

Laisser un commentaire

Partage