Retour

Deux publications récentes, de rayonnement international, dans le domaine de la littérature sont à noter : l’une des deux parutions concerne la littérature francophone du Pacifique contemporain, et plus particulièrement de la Polynésie française. Il s’agit d’un dossier spécial de recherche, paru dans une revue scientifique américaine de diffusion mondiale (Nouvelles Études francophones, revue du Conseil international d’études francophones) et co-dirigé par deux chercheuses de l’Université de la Polynésie française : Sylvie André et Carole Atem.

Le dossier rassemble des articles de chercheurs internationaux et locaux, et réunit des travaux inédits de spécialistes de la francophonie et du Pacifique. Le thème de ce dossier de recherche est l’expression du moi dans la littérature francophone du Pacifique des dernières décennies.

Dossier spécial consacré à la littérature francophone du Pacifique contemporain, largement centré sur la Polynésie française :

(Re)créations du moi dans la littérature francophone du Pacifique contemporain

Co-dirigé par Sylvie André et Carole Atem, paru cette année dans la revue scientifique américaine Nouvelles Études Francophones, revue officielle du Conseil international d’Études francophones (CIEF), de diffusion mondiale.

Références du dossier : NEF volume 38 numéro 1, 2023, revue publiée à Lincoln, par les Presses universitaires du Nebraska (University of Nebraska Press), 266 pages (dossier : pp. 1 à 162).

Contributions de chercheurs internationaux.

10 articles, 2 annexes. (Travaux entièrement inédits)

Introduction de Carole Atem

Contributeurs (ordre alphabétique) :

Mohamed Aït-Aarab (Université de La Réunion)

Sylvie André (Université de la Polynésie française/Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, professeur émérite)

Irina Armianu (University of Texas Rio Grande Valley)

Carole Atem (Université de la Polynésie française, INSPÉ)

Sandrine Joëlle Eyang Eyeyong (Miami University, Oxford, US)

Sonia Felix-Naix (Université de la Polynésie française, INSPÉ)

Laté Lawson-Hellu (Western University, Canada)

Daniel Margueron (Docteur et chercheur de Polynésie française, Association Tāparau)

Audrey Ogès (Chercheuse, Polynésie française)

Riccardo Pineri (Université de la Polynésie française, professeur émérite)

Jean-François Vernay (Sydney Global Institute, Australie)

Jean Bessière (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, professeur émérite)

Avec la collaboration de :

Flora Devatine (directrice sortante de l’Académie tahitienne – Fare Vāna’a)

John Mairai (membre de l’Académie tahitienne – Fare Vāna’a)

Sommaire et couverture disponibles ici :

https://www.fabula.org/actualites/116458/nouvelles-etudes-francophones-vol-38-n-1.html

https://muse.jhu.edu/issue/50084

Informations sur les coordonnatrices du dossier :

Sylvie André :

Professeur émérite de l’Université de la Polynésie française/Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Spécialiste de littérature francophone du Pacifique et pionnière dans ce champ de recherche. Ancienne présidente de l’Université de la Polynésie française. Agrégée de lettres modernes.

Carole Atem :

Maître de conférences en lettres à l’Université de la Polynésie française. Agrégée de lettres modernes. Docteur et membre associé de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Membre du laboratoire EASTCO (Sociétés traditionnelles et contemporaines en Océanie).

———

Volume 38, Numéro 1, 2023



Sommaire
Dossier spécial
co-dirigé par Sylvie André et Carole Atem

Introduction. (Re)créations du moi dans la littérature francophone du Pacifique contemporain
Carole Atem 

Soi-même comme un autre. Jean-Marc Tera’ituatini Pambrun : Ethos d’un écrivain mā’ohi
Mohamed Aït Aarab 

Porosités du moi dans deux romans du Pacifique francophone : Le Roi absent et Quintet
Sylvie André 

Autofiction et fiction d’une identité multiculturelle. Qu’est-ce que l’illustration chez Yiling Changues ?
Irina Armianu 

Les Heures italiques de Nicolas Kurtovitch : Autofiction, polyphonie et universalisme
Sandrine Joelle Eyang Eyeyong 

« Des mots sur des maux » : L’Identité polynésienne à l’épreuve du traumatisme chez Titaua Peu dans Mutismes et Pina
Sonia Félix Naix 

La Parole « autochtone » de Déwé Görödé
Laté Lawson-Hellu

Écrire pour devenir soi ou un autre ? À travers trois œuvres polynésiennes de référence
Daniel Margueron 

À corps et à cris: Itinéraires de deux auteures tahitiennes engagées, Chantal T. Spitz et Titaua Peu
Audrey Ogès 

Fragmentation et reconstruction du moi dans la littérature francophone de la Polynésie française
Riccardo Pineri 

Panorama de la critique littéraire grand public en Nouvelle-Calédonie: Vers la construction d’une pluralité d’identités auctoriales océaniennes ?
Jean-François Vernay

Notes sur Nicolas Kurtovitch et Good Night Friend. Culture kanak, traumatismes et reconstitution de la tradition
Jean Bessière 

La théâtre en Polynésie française. Bibliographie critique
Sylvie André en collaboration avec Flora Devatine and John Mairai 

———

Au sujet de la revue NEF :

Revue distribuée mondialement.

Spécialisée dans la francophonie.

« Revue scientifique biannuelle de langue française, NEF diffuse la recherche dans les domaines de la langue française, de la littérature, des arts, des sciences sociales, de la culture et de la civilisation des pays et régions francophones. »

« NEF est publiée par les Presses Universitaires du Nebraska. Elle est distribuée mondialement aux membres actifs du CIÉF, aux bibliothèques, aux organismes privés et gouvernementaux, et aux associations savantes. La revue est également disponible dans Project Muse, est indexée par le MLA Directory of Periodicals et elle est membre du « Council of Editors of Learned Journals » (CELJ)

Argumentaire du dossier dans l’appel lancé en 2022

La littérature francophone du Pacifique est désormais assez bien documentée. Des ouvrages en anglais et en français, ainsi qu’un certain nombre de thèses de doctorat, lui ont été consacrés. Toutefois les œuvres des écrivains francophones de la zone sont encore peu lues. Leur diffusion demeure confidentielle à quelques exceptions près, car elle repose majoritairement sur des maisons d’édition locales. Les premières œuvres ont mis longtemps avant de retenir l’attention des chercheurs : c’est le cas notamment de L’Île des rêves écrasés de Chantal Spitz (1991), des premiers recueils de poésie ou de nouvelles de Déwé Gorodé (1985 et 1994), ou des premières pièces de théâtre de Pierre Gope (1992), désormais connues et analysées. Cependant ces auteurs et autrices continuent de publier. De nouvelles figures auctoriales apparaissent en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie mais aussi au Vanuatu.

Le contexte géopolitique du Pacifique change, et les créations littéraires s’adaptent à ces changements : fin des essais nucléaires français en Polynésie française, referendums d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie, mondialisation, présence diplomatique et économique de la Chine, préoccupations écologiques… Si les thématiques évoluent, la manière qu’ont les auteurs de penser leur fonction dans la société évolue aussi. Se réfèrent-ils toujours aux grands récits structurants de la réflexion sur les indépendances, eux qui vivent pour la plupart dans des sociétés non encore totalement autonomes ? Tentent-ils d’imaginer un autre type de rapports avec le milieu socio-politique qui est le leur ? Comment conçoivent-ils l’articulation de la post-modernité avec la culture autochtone ?

On pourra s’intéresser plus particulièrement aux manifestations scripturales d’une subjectivité qui explore l’originalité d’une présence dans l’histoire (mémoires et souvenirs), le sentiment d’une singularité affective (expression lyrique), d’une expérience personnelle de la vie (autobiographie, autofiction), adossés à une tradition valorisée comme expérience du commun identitaire, nostalgie d’un âge d’or, guide pour l’avenir.

L’ambition de ce numéro de revue serait principalement de mettre en évidence (ou non) des évolutions et des tendances nouvelles, l’objectif principal consistant à donner l’image la plus juste possible du dynamisme et de la créativité des artistes du Pacifique francophone, y compris dans des domaines tels que la chanson ou les arts visuels.

Les contributions porteront prioritairement sur le corpus littéraire francophone de Polynésie française et, plus largement, de l’Océanie et du Pacifique, mais pourront aussi inclure des références aux littératures orales et écrites de langues autochtones. Elles accorderont une attention particulière à cette question d’une (re)construction et d’un repositionnement éventuels du moi dans l’écriture autobiographique, autodiégétique et/ou mémorielle, que les écrits analysés relèvent ou non des productions autochtones, ou qu’ils se revendiquent d’une identité indigène dont la recomposition parfois fantasmée pourra elle-même faire l’objet d’un questionnement. Pourront ainsi être convoquées les œuvres où s’expriment des interrogations sur la place du moi auctorial face à l’indigénéité, ou qui tentent de dépasser la notion d’« autochtone », plus que jamais complexe, à travers la création, par l’écriture, d’un ethos libéré de toute étiquette.

———

Un autre travail scientifique signé Carole Atem

Carole Atem, qui fait partie de la rédaction de PPM (voir ses articles parus dans la rubrique Culture/Arts et littératures) publie aussi cette année un autre travail scientifique en littérature, une nouvelle édition critique, sa 2e publication aux prestigieuses éditions Honoré Champion, de diffusion internationale.

Carole Atem (éd.), Mémoires de Messire Jean-Baptiste de La Fontaine, par Courtilz de Sandras, édition critique ; texte établi, annoté et indexé par Carole Atem, Introduction de Carole Atem, Préface de Jean-Paul Sermain, Paris, Éditions Honoré Champion, collection « Sources classiques », 2023, 354 p.

https://www.honorechampion.com/fr/editions-honore-champion/12936-book-08535972-9782745359728.html

Voir ci-dessous les informations détaillées :

Laisser un commentaire

Partage