Retour

Lors d’une conférence de presse ce matin, Météo France a dressé le bilan de la saison chaude 2021-2022 et présenté les perspectives climatiques pour la saison 2022-2023, avec une estimation du risque cyclonique en Polynésie française.

Ce rendez-vous annuel, en collaboration avec la direction inter-régionale Météo France de Polynésie française, le Haut-commissariat et la Direction de la protection civile, permet d’informer les médias, ainsi que l’ensemble des services de l’État et du Pays, des risques climatiques à venir, et ce afin d’anticiper l’organisation des moyens de prévention et de protection des personnes et des biens.

En termes de bilan pluviométrique saisonnier, la Polynésie a été faiblement arrosée. Hiva Oa, aux Marquises, accuse le plus fort déficit de pluies soit -68 %.

Le phénomène La Niña qui perdure depuis 2020 est resté actif au cours des derniers mois. Les prévisions d’anomalies de température de surface de la mer montrent que ce phénomène La Niña va se poursuivre en première partie de saison chaude 2022-23, puis s’atténuer en deuxième partie de saison et prendre fin.

Risque cyclonique modéré sur les Australes, le sud des Tuamotu et les Gambier

Ainsi pour cette prochaine saison chaude 2022-2023, le risque cyclonique sera modéré sur les Australes, le sud des Tuamotu et les Gambier, et faible sur les autres îles, voire peu probable sur les Marquises.

Ces conditions La Niña ne vont pas favoriser la présence de la ZCPS (Zone de Convergence du Pacifique Sud) sur la Polynésie française, notamment au cours de la première partie de la saison des pluies. En seconde partie de saison, avec l’atténuation du phénomène La Niña, la ZCPS est prévue plus active mais sur un axe plus sud que sa position moyenne. Cette chronologie de l’activité de la ZCPS signifierait moins de pluie sur une grande partie du territoire. Sur l’archipel des Australes, des pluies excédentaires sont attendues.

Lire le dossier de presse complet ci-dessous :

Partage