Retour

Le 17 janvier 2023 sera marqué d’une pierre blanche. Après une large majorité des représentants à l’assemblée de la Polynésie française, 215 députés de l’Assemblée nationale ont voté une Résolution invitant le Gouvernement français à défendre un moratoire sur l’exploitation minière des fonds sous-marins. Un sujet brûlant et très controversé, qui a fait l’objet de Une dans notre édition du mois de décembre (lire notre dossier « Ressources de l’océan : la Polynésie avance en terrain minier… »).

Les députés viennent de voter un texte de résolution invitant le Gouvernement à défendre un moratoire sur l’exploitation minière des fonds marins. Dans un communiqué, le service de la communication du Pays se félicité de ce vote, qui « rejoint celui des représentants de l’assemblée de la Polynésie française qui ont récemment approuvé à une large majorité un moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds sous-marins polynésiens ». En effet, les élus locaux se sont positionnés, le 8 décembre dernier, en faveur de la protection et la gestion durable de nos espaces et de nos espèces.

Néanmoins, la Présidence précise : « Malheureusement le texte voté à l’Assemblée nationale ne fait pas mention de la Résolution 76/95 adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 2021 et pourtant exigée par le groupe Tavini à l’assemblée de la Polynésie française pour voter favorablement pour le moratoire polynésien ».

Et de tacler le parti indépendantiste au passage : « Or, il est à noter que les travaux menés par notre Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC) et les positions défendues par notre gouvernement sont mentionnés dans l’exposé des motifs de la proposition de résolution, signée et soutenue par 170 députés français issus de neuf groupes politiques, dont notamment notre député Moetai Brotherson. Celui-ci pourtant, par ailleurs élu à l’assemblée de la Polynésie française, a voté contre le moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds marins polynésiens ».

Le Pays salue tout de même « l’intervention très engagée de notre député Tematai Le Gayic, soulignant notamment l’importance de notre Grand Océan ».

Lire ci-dessous la proposition de Résolution :

Lire ci-dessous le texte de Résolution adapté en séance :

Partage