Retour

Dans un communiqué, le haut-commissaire Eric Spitz réaffirme « la mise en place des opérations de contrôle offensives et dissuasives en matière de répression sur l’ensemble des archipels de la Polynésie française en 2023 ». La consommation d’alcool reste la première cause d’accident. Un contrôle routier a eu lieu hier après-midi sur la côte ouest de Tahiti, à Papara.


« A Papara en 2022, il est constaté un nombre d’accidents supérieur à la moyenne en Polynésie française, en particulier 3 accidents mortels qui ont occasionné 4 décès », rappelle le Haut-commissariat dans un communiqué. Et de poursuivre : « Il est à déplorer, le premier accident mortel d’un conducteur de deux roues, le 1er janvier 2023 ». Ainsi, les forces de l’ordre annoncent « une attention toute particulière pour les portions de routes identifiées comme dangereuses au regard du non-respect des limitations de vitesse et la consommation d’alcool qui reste la première cause d’accident ».


Les contrôles de Papara en chiffres :

. 21 gendarmes dont la brigade motorisée et l’escadron déplacé en renfort

. 2 policiers municipaux

. 280 véhicules contrôlés

. 44 infractions dont 12 délits (4 conduites sous stupéfiants), 1 CEEA (conduite sous l’empire d’état alcoolique), 2 usagers de stupéfiants, 3 défauts d’assurance, 2 défauts de permis de conduire) et 32 contraventions (19 non présentations de pièces, 6 pneus lisses, 4 ceintures de sécurité, 1 défaut de BSR (brevet de sécurité routière), 1 transport d’enfant de moins de 5 ans sur un deux roues.

L’objectif de ces contrôles est de « sanctionner les manquements constatés mais aussi d’éveiller les consciences de ceux qui par leurs comportements peuvent mettre des vies en danger ».
Le haut-commissaire appelle à la vigilance et à la responsabilité de chacun : « ne laissons jamais un conducteur qui a bu prendre le volant ».

Partage