Retour

Après l’élection, hier, du nouveau président de l’assemblée de la Polynésie française (APF), Antony Géros (lire notre article), place aujourd’hui à celle du président de la Polynésie française qui succédera à Édouard Fritch. Porté par les 38 représentants Tavini à l’APF, Moetai Brotherson a accédé ce matin aux plus hautes fonctions du pouvoir exécutif au…

L’élection du nouveau président de la Polynésie française a eu lieu ce matin, dans l’hémicycle, en présence des 57 représentants de la nouvelle assemblée. Avec 38 élus Tavini, le parti indépendantiste fait déferler une vague bleue à l’APF ; difficile pour les autres groupes politiques de s’y opposer. Face au candidat Moetai Brotherson, d’autres prétendants se sont cependant présentés : Édouard Fritch et Benoît Kautai, tous les deux membres du Tapura, ainsi que Nicole Sanquer pour A Here Ia Porinetia. Tous ont dû alors faire un petit discours de présentation.

Benoît Kautai a ouvert le bal : l’élu marquisien a rappelé « les liens forts de la Terre des Hommes avec la France et la volonté de l’archipel de rester autonomiste » aux côtés de la nation.

Ensuite, Nicole Sanquer a pris la parole et épinglé une nouvelle fois « le comportement déplorable du Tapura », avant d’indiquer qu’elle souhaitait cibler prioritairement « la réduction des inégalités sociales ».

Puis Édouard Fritch est intervenu assurant que « ses cinq prochaines années à l’APF serviraient à réparer ses erreurs » et remercié l’État français, « une nation protectrice ».

Enfin, Moetai Brotherson s’est exprimé sur les trois piliers de la nouvelle gouvernance : Fa’atura, Fa’aora, Fa’atupu (« Respecter, Soutenir, Bâtir »). Le beau-fils d’Oscar Temaru a aussi incité les jeunes à persévérer dans les métiers qui leur correspondent, comme ceux du secteur primaire, par exemple.

Une nouvelle stabilité politique au Fenua

Alors que les votes allaient commencer, Benoît Kautai a finalement retiré sa candidature. Parmi les trois postulants, Moetai Brotheron a bénéficié sans surprise des 38 bulletins du Tavini, Édouard Fritch a obtenu les 16 voix du Tapura, tandis que Nicole Sanquer a recueilli les 3 votes de AHIP.

C’est donc Moetai Brotherson qui a été élu président de la Polynésie française à la majorité, pour les cinq années à venir. L’homme a été chaleureusement congratulé et couronné par sa famille politique et ses proches. Félicitations au parti bleu ciel, merci aux autres candidats, et, maintenant, bon travail à tous ! La prime majoritaire, créée en 2019 sous le Tapura, profitera cette fois au Tavini et devrait assurer une nouvelle stabilité politique au Fenua.

image_printImprimer/PDF

1 réflexion au sujet de « Porté par le Tavini, Moetai Brotherson élu président de la Polynésie française »

  1. Un discours simple mais très émouvant de Moetai Brotherson après son élection: un grand joueur d’échec mais aussi un homme de coeur. Et c’est tellement important! On aimerait la même chose en France!

Laisser un commentaire

Partage