Retour

Tous les vendredis, c’est « L’essentiel de la semaine » !

« Ocean Park » de Punaauia : un projet immobilier démesuré

 

Une vague de contestations est en train de déferler contre le nouveau projet immobilier envisagé par le groupe City. On entend beaucoup parler de cet investisseur, puisque c’est lui qui a également pour projet la rénovation de l’hôtel du Tahara’a et l’implantation d’un complexe 5 étoiles à Bora Bora, sans parler de sa participation dans la réalisation de la résidence River Park. Son représentant a, lui aussi, un nom bien connu : Teiva Raffin !

L’investisseur prévoit cette fois de créer 406 logements de luxe en bord de mer, sur le terrain de l’ancien Tahiti Village, au PK15, près du rond-point dit « du Méridien ». « Il s’agirait du plus gros projet immobilier jamais vu à Punaauia », précise la mairie de la côte ouest. En effet, le promoteur compte poser pas moins de cinq bâtiments, avec un spa et trois piscines, sur une surface de 15 000 mètres carrés.

Faites entendre votre voix !

Beaucoup s’interrogent alors sur les risques de pollution mais aussi sur la défiguration de nos bords de mer. Surtout, cela nous privera tous, encore, d’un accès à la plage ! D’aucuns s’inquiètent en outre de ces investissements démesurés qui ne tiennent pas compte du bien-être de la population. Nous l’avons déjà écrit à maintes reprises : créer des emplois, oui, mais pas à n’importe quel prix…

C’est pourquoi le maire de Punaauia et son conseil municipal souhaitent connaître l’opinion de la population sur ce projet. Une étude d’impact, réalisée par le bureau d’études Vetea, est consultable à la mairie ou sur son site Internet. Car si les protestations sont nombreuses sur les réseaux sociaux, il n’en reste pas moins que pour une opposition ferme, chacun d’entre nous qui se sent concerné de près ou de loin doit s’exprimer afin de faire entendre sa voix.

Donnez votre avis jusqu’au 11 mai 2022 :

• Par mail : à l’adresse etudes.impact@mairiedepunaauia.pf –- N’oubliez pas de préciser votre nom et votre prénom.

• En venant au 1er étage la mairie : de 7h30 à 15h30 du lundi au jeudi et de 7h 30 à 14h30 le vendredi.

• Par courrier : Boîte Postale : 13 001 – 98 717 Punaauia

Affaire des bonbonnes toxiques : les têtes tombent…

Après la mise en examen, lundi, de la directrice de l’Environnement, Miri Tatarata, c’était au tour du directeur général du Port autonome, Jean-Paul Le Caill, d’être entendu, mardi dernier, dans l’affaire des bonbonnes toxiques, immergées illégalement à bord du Kura Ora II. En janvier 2019, 87 bonbonnes (dont 18 pleines) de bromure de méthyle (un gaz très toxique), appartenant à la direction de la Biosécurité, avaient été découvertes alors qu’elles étaient remontées à la surface, ce qui constitue bien évidemment une grave infraction au Code de l’environnement ! C’était la cinquième mise en examen dans cette affaire effarante…

Une liaison Taravao/Papeete par la mer ?

Le groupe Degage a plus d’un tour dans son sac. Alors qu’il s’apprête à lancer son nouvel Apetahi Express en 2023 pour desservir les îles Sous-le-Vent, l’armateur ambitionne de se servir de son ancien navire, l’Aremiti V, pour créer une nouvelle ligne maritime entre Taiarapu et Papeete, d’ici à fin 2023. Le projet est séduisant sur le papier, avec un gain de temps indéniable pour les habitants de la Presqu’île et le désengorgement du flux routier. Une seule rotation serait prévue pour l’instant : départ de la baie de Phaëton à 5h45 pour arriver à la gare maritime à 7 heures, puis retour vers 16 heures. Reste à savoir quels seront les tarifs proposés.

Une hausse du Smig le 1er mai

Édouard Fritch a confirmé la hausse du Smig, lors d’un discours donné à l’occasion de l’ouverture de la session administrative à l’assemblée de la Polynésie française, jeudi. Fin 2021, le Smig avait déjà été augmenté de 2 %. Le président du Pays a assuré : « Le conseil des ministres proposera dès la semaine prochaine une nouvelle hausse du Smig applicable à compter du 1er mai, ainsi qu’une revalorisation du point de l’indice des fonctionnaires. Ces mesures, visant à préserver le pouvoir d’achat des plus bas salaires, viennent s’ajouter aux dispositifs déjà conséquents qui constituent le bouclier anti-inflation que nous avons progressivement déployé depuis le début de l’année ».

Ice : Coco & Co à la barre

Le tribunal correctionnel a vu défiler neuf individus à la barre, cette semaine, avec notamment le multirécidiviste Coco Médéric et le trafiquant Raihere Tetuanui. Coco & Co sont impliqués dans l’importation de 7 kilos d’ice, dont 5 avaient été saisis à l’aéroport en septembre 2019. Ils ont été condamnés respectivement à 6 ans et 8 ans de prison ferme. Médéric Tavaearii, aka « Coco Médéric », avait déjà écopé, le 10 mars dernier, d’une peine de 7 ans de prison ferme pour un trafic de métamphétamine entre Tahiti et Hawaii, ainsi qu’à 10 ans ferme pour des faits similaires en juin 2021. Récidiviste également, son acolyte Raihere Tetuanui avait, lui, déjà une peine de 3 ans ferme pour l’affaire Sarah Nui. Un procès qui met encore en exergue le terrible fléau de l’ice qui gangrène notre paradis.

Partage