Retour
Réservé aux abonnés

Mardi 23 novembre 2021, je me suis rendu à la délégation de la Polynésie située boulevard Saint-Germain à Paris pour assister à l’inauguration d’une stèle érigée à la mémoire des valeureux Polynésiens, les tamarii, qui, de 1940 à 1944, furent volontaires pour rejoindre les forces françaises de libération… Ils furent plus de 300 ! Très belle cérémonie et un grand merci à Caroline Tang et à Frank Doucet pour la parfaite organisation de cette célébration…

Mais, sur place, j’ai réalisé qu’il aura fallu attendre 80 ans pour qu’une stèle soit enfin érigée en l’honneur de ces fameux tamarii… Mieux vaut tard que jamais, me direz-vous ! C’est vrai… Toutefois, en repensant aux points forts qui ont jalonné l’histoire des liens entre la Polynésie et la France, je continue à m’interroger car si ces valeureux tamarii ont répondu immédiatement : « d’accord on vient vous aider ! » quand des Français leur ont demandé de l’aide pour se battre contre l’envahisseur, il faut hélas reconnaître que 30 ans plus tard quand la situation inverse s’est présentée, c’est à dire quand les Polynésiens ont demandé l’aide de la France pour lutter contre les conséquences des essais nucléaires réalisés à Mururoa et Fangataufa, la France est restée muette répondant simplement par un mur du silence rendu opaque par un soi-disant sacro-saint secret défense… Aussi, face à cette triste situation, je n’hésite pas à dire Honte à la France !

Partage