Retour

Croyant à l’approche de Noël offrir un superbe cadeau aux Polynésiens, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) vient de se couvrir de ridicule en sortant 5 000 livres qui seront généreusement distribués dans tous les établissements scolaires et toutes les bibliothèques de Polynésie…

Le but de cet ouvrage, intitulé Les essais nucléaires en Polynésie française – Pourquoi, comment, et avec quelles conséquences, est de contrer Toxique, livre absolument remarquable paru il y a déjà presque deux ans, et dans lequel les auteurs ont clairement montré les conséquences négatives et nuisibles des 193 essais nucléaires effectués en Polynésie durant 30 ans. 

Je ne pense pas que les enfants des écoles et leurs professeurs qui, au moment des fêtes, attendaient sans doute un autre cadeau vont être ravis…  Je suis par contre persuadé que M. Salvetti, directeur du CEA-DAM, ainsi que M. Mongin, historien et auteur de ce livre, ne seront pas étouffés par une pluie de félicitations et de remerciements… C’est en tout cas mon impression personnelle.

Il faut que le CEA, maître d’œuvre de ces 193 tirs nucléaires effectués en Polynésie, arrête enfin de prendre les Polynésiens pour des imbéciles en leur racontant depuis 25 ans que ces tirs étaient des tirs propres sans conséquences pour l’environnement et la santé des populations. Les victimes des essais nucléaires et leurs familles doivent avant toute chose être respectées et écoutées. Hélas, ce n’est pas toujours le cas : bien souvent, des demandes qui sont tout à fait légitimes ne sont même pas prises en compte car jugées irréalistes ou même fantaisistes…

Contrairement au CEA qui à travers son livre est juge et partie, les auteurs de Toxique ont fait preuve d’une très grande indépendance dans leurs analyses scientifiques ; leurs résultats et leurs conclusions ne peuvent pas être mis en doute. Aussi, je ne peux que désapprouver l’initiative ridicule et onéreuse du CEA qui distribue gratuitement 5 000 livres aux Polynésiens pour essayer de leur faire croire qu’ils n’ont pas à craindre les conséquences à long terme des 193 essais nucléaires réalisés par la France sur leur territoire.

Ghislain Houzel, ingénieur retraité de la Direction des Essais du CEA 

Partage