Retour

L’auteur Patrick Chastel est sur le point de dévoiler son nouveau roman, Tahitian Coke. Cette fois, l’écrivain nous livre un thriller haletant et plonge le lecteur dans l’univers sulfureux de la poudre blanche, le transportant de Californie jusqu’à Tahiti. Notez d’ores et déjà dans vos agendas les dédicaces à venir : à la librairie Odyssey le samedi 30 septembre, de 9h à 12h ; à Klima le samedi 14 octobre, de 9h à 12h ; puis au Salon du livre de Papeete, du 19 au 22 octobre.

Tahitian Coke est un thriller haletant ponctué de rebondissements entraînant le lecteur depuis les bas-quartiers de la Cité des Anges jusqu’aux plages ensoleillées des îles. Au-delà du personnage principal et de son existence pour le moins mouvementée, cet ouvrage est aussi, et surtout, une enquête sur le trafic de drogue entre les Etats-Unis et la Polynésie française durant un demi-siècle. L’auteur et historien, Patrick Chastel, a fourni un colossal travail de recherches et de documentation qui donne à ce roman toutes les apparences de la réalité.

Décorticage des méthodes des cartels sud-américains, convoyage de la drogue en voilier, large blanchiment de l’argent via l’activité touristique, investigations poussées du juge d’instruction, enquêtes sur le terrain de la Gendarmerie, travail de fond et dans l’ombre des instances policières et judiciaires de Polynésie… tous les aspects méconnus, voire secrets, de ce type d’organisation sont révélés.

Patrick Chastel explique ainsi la genèse de son roman : « Ce récit a été inspiré par un fait divers qu’il m’a été donné de vivre il y a très longtemps alors que je travaillais à l’hôtel Kia Ora de Rangiroa, aux Tuamotu. Nous avons réellement reçu un mayday de la part d’un voilier américain dénommé Spellbound, un synonyme de Bewitched, et j’ai participé au rapatriement de ce voilier jusqu’au mouillage dans l’atoll. Je me suis toujours demandé si ce que racontait le fils lors de ce fameux dîner à terre à propos du décès de ses parents et de la blessure de sa petite sœur, était vraiment crédible. Nous ne le saurons jamais… Cette fortune de mer m’a malgré tout permis d’imaginer la présence d’un passager clandestin à bord. Il suffisait ensuite de se demander pour quelle raison il pouvait bien se trouver là. De là est née cette histoire. »

Tahitian Coke, c’est aussi une porte entrouverte sur les zones d’ombre de la haute société polynésienne : riches hommes d’affaires, personnalités politiques ou privilégiés aisés pour qui la ligne de cocaïne accompagne très naturellement une coupe de champagne. L’occasion est belle de découvrir des usages bien peu médiatisés dont certaines soirées festives sur fond de lagon où se vivent diverses expériences sexuelles totalement libérées par la « coke »…

Le résumé du livre

Los Angeles, 1980. Jim Harden, 24 ans, n’est qu’un simple dealer de rue du peu reluisant quartier d’Inglewood et rien ne le prédestinait à devenir, en quelques années seulement, un homme d’affaires admiré et fortuné. Profitant que le cartel de Medellin, suite aux sanglantes guerres de gangs à Miami, s’installe en Californie, Harden passe progressivement de la vente de joints à celle de quelques grammes de poudre blanche. Il attend beaucoup de sa première livraison importante, à savoir trois pains de cocaïne qu’il doit échanger contre un gros sac bourré de liasses de dollars. La transaction est prévue de nuit devant le Playboy Mansion, la résidence de Hugh Hefner, à Holmby Hills, l’un des quartiers les plus chics de la Cité des Anges.

Là, par miracle, il échappe de peu à un règlement de comptes et se retrouve sans le vouloir en possession de la drogue et du pactole. Mais cette incroyable aubaine signe son arrêt de mort car ni les parrains des cartels ni le LAPD ne croient aux miracles, aussi la chasse à l’homme est immédiatement lancée !

La seule solution consiste à changer d’identité avant de fuir le plus loin possible. Alors pourquoi pas sur un voilier en partance pour la Polynésie en forçant la main du propriétaire par un chantage sans équivoque ?

Arrivé aux Marquises, Jim Harden, devenu Sean Jarvis, doit quitter le navire afin de pouvoir rejoindre Tahiti ; il réussit à s’introduire clandestinement sur un autre bateau qui part vers la grande île. Mais la situation va virer au drame et deux nouveaux cadavres vont jalonner désormais sa route.

Jarvis réussit néanmoins à débarquer incognito sur l’île de Moorea et commence une vie nouvelle grâce à la vente de cocaïne. Le trafic prend une telle ampleur qu’après avoir bénéficié de l’aide d’hôtesses de l’air sur la ligne Los Angeles-Papeete, il est l’un des premiers à utiliser des voiliers pour transporter de très grosses quantités de cette poudre issue des feuilles du cocaïer. Pour blanchir proprement ses gains, il devient propriétaire de deux hôtels, l’un à Moorea puis un autre sur l’île de Huahine, tellement les affaires sont florissantes.

L’ensemble lui assure fortune, réussite sociale et succès féminins durant de nombreuses années.

En 2023, le juge d’instruction du tribunal de Première instance de Papeete va lancer, sur décision du Président du Tribunal puis du Procureur de la République, une information judiciaire pour trafic de stupéfiants et blanchiment d’argent. Le but de ces investigations et des auditions de témoins est de trouver la faille dans la parfaite organisation mise en place par Sean Jarvis depuis plus de quarante ans.

Le personnage, âgé maintenant de 67 ans, semble toujours aussi intouchable mais le juge d’instruction est tenace, surtout quand un nouveau chef d’accusation se présente, à savoir corruption de mineurs.

Sans compter que l’assassinat à Los Angeles de son fournisseur de drogue attitré remet également sur sa trace la police américaine, le FBI ainsi que les tueurs des cartels car le contrat sur sa personne court toujours.

La menace se rapproche et à force d’accumuler les petites erreurs, on prend le risque que les meilleures choses aient une fin, même pour un dealer de rue devenu un respectable homme d’affaires !

———

Sources et remerciements

L’auteur souhaite exprimer sa reconnaissance aux personnes et aux sources qui lui ont permis d’écrire ce livre.

« Je tiens à remercier tous ceux qui ont participé d’une manière ou d’une autre à l’écriture de ce roman. Des ouvrages m’ont été fort utiles, à commencer par Tahiti Autonome, les archives du quotidien La Dépêche de Tahiti, regroupées par Philippe Mazellier pour le tome 1, puis par Patrick Pons pour les tomes 2, 3 et 4. Ils ont été une source inestimable de renseignements quant à l’évolution, au cours de ces cinquante dernières années, du trafic de cocaïne sur le territoire polynésien et dans le Pacifique.

Sur Internet, j’ai beaucoup appris des informations détaillées et très complètes trouvées dans les articles Histoire, production et trafic de la cocaïne de Olivier Guéniat et Pierre Esseiva, ainsi que L’Histoire de la cocaïne de Xavier Francuski dans Elephantos Blog Staff. De longues et passionnantes recherches m’ont permis d’en connaître beaucoup plus sur les cartels de la drogue, leurs parrains, leurs hommes de main ainsi que leurs modes de fonctionnement.

D’autre part, j’ai trouvé d’amples renseignements dans de nombreux articles du quotidien Tahiti-Infos, en particulier un reportage très complet sur le trafic maritime en Polynésie.

Je tiens également à remercier tout spécialement pour les services rendus les gendarmes Clément Bousquet et l’Adjudant-chef Lionel Mercier. Toute ma gratitude va pour son travail de relecture et son aide permanente à mon indéfectible ami, le copain de tellement longue date, le Commissaire Divisionnaire Honoraire Daniel Condaminas. De plus, l’apport du capitaine de gendarmerie Benoît Garrigue pour ses précisions techniques et judiciaires s’est avéré absolument indispensable, tout comme l’aide précieuse, aussi compétente qu’enthousiaste, de monsieur le Juge d’instruction Max Gatti.

Pour terminer, je voudrais adresser mes remerciements les plus chaleureux à la charmante Gaëlle Poyade pour sa confiance en cette histoire et sa totale détermination pour rendre, grâce à son travail de correction, mon texte le meilleur possible.

Enfin, il m’est impossible de ne pas citer mon éditeur, Jean-Luc Bodinier, grâce à qui mon récit, comme il a su le faire pour les précédents, s’est transformé en un beau livre.

A tous, un grand merci du fond du cœur. »

———

L’éditeur

Née à Tahiti en 2015, ‘API TAHITI est une maison d’édition désireuse de faire connaître à un public le plus large possible la culture et les spécificités de la Polynésie française et ses nombreuses îles.

‘Api en langue tahitienne signifie « page de livre » mais aussi « jeune, nouveau », c’est le mode de fonctionnement choisi qui donne une belle part aux jeunes auteurs et créateurs, mais également avec de nouvelles méthodes de diffusion notamment avec les nouveaux moyens de diffusion numérique.

Nous souhaitons construire au fil des années un réseau convivial qui nous permet d’envisager avec confiance une riche ligne éditoriale : Tourisme, Histoire et Documents, Littérature, Cuisine, Nature, BD, Livres Jeunesse, etc. Notre volonté est d’offrir un espace éditorial à des auteurs polynésiens confirmés mais aussi de donner une belle place à des jeunes créateurs, et leur faciliter une large audience à l’aide des différents réseaux de diffusion.

Nous servons de relais aussi à des auteurs amoureux de la Polynésie qui par leurs recherches ou leur vision sauront apporter une présentation variée de notre région. Nous œuvrons à découvrir les talents de demain et à les faire connaître au plus grand nombre. Un travail de promotion personnalisée est effectué afin de donner les meilleures chances de réussite à chaque ouvrage.

Lien sur Internet : Accueil | Api Tahiti

———

L’auteur

Patrick Chastel, né le 24/02/1952 en France, arrive en Polynésie en 1973. Il débute comme professeur à Tahiti, puis part aux îles Marquises où il enseigne au collège de Hiva Oa. Il rejoint ensuite les Tuamotu et l’atoll de Rangiroa comme instituteur, puis devient gestionnaire-comptable d’un hôtel.

A cette époque, il croise la route de Jacques Brel, de Bernard Moitessier, d’Éric Tabarly et d’autres qui lui donnent le virus du voyage et de l’aventure. Il profite d’un retour en France pour acheter, armer et équiper un voilier de neuf mètres avec lequel il quitte le port de La Rochelle en 1983 en compagnie de sa fille, alors âgée de six ans. L’objectif est très simple : retourner aux îles Marquises, mais en empruntant le chemin des écoliers…

Commence alors un long voyage qui les mène des côtes espagnoles et portugaises jusqu’aux premières îles, Madère et les Canaries. Puis, ce sera l’Afrique et ses richesses avec une escale de plus d’un an au Sénégal avant de traverser l’Atlantique et découvrir Salvador da Bahia avec d’inoubliables rencontres dans les nombreux villages et mouillages de cette immense baie.

L’appel du Pacifique est si fort qu’après plus de huit mois au Brésil, le bateau met cap au nord relâchant en Guyane puis aux Antilles.

Après la traversée du golfe du Mexique, le canal de Panama ouvre les portes du Grand océan avec, loin devant l’étrave, le but du voyage : les îles Marquises.

Il faudra 41 jours de mer pour les atteindre et jeter l’ancre à Hiva Oa, onze ans après le premier séjour. Les retrouvailles avec la population de l’île sont tellement fortes et émouvantes que Patrick Chastel accepte avec le plus grand plaisir le poste d’enseignant en Histoire/Géographie proposé par le collège.

Une nouvelle aventure commence mais cette fois à terre, et pas n’importe laquelle : te Fenua Enata, la Terre des Hommes !

Après quinze ans à Hiva Oa, où il officie également en tant que correspondant du quotidien La Dépêche de Tahiti, ce Polynésien de cœur rejoint Tahiti comme professeur de Lettres/Histoire-Géographie dans un lycée durant treize ans. En 2012, il y prend sa retraite.

Tout au long de ces années, Patrick Chastel s’est adonné à sa passion de l’écriture. Il a ainsi publié plus de trente-cinq ouvrages dont environ la moitié est destinée à la jeunesse. L’autre moitié est composée de romans, certains édités à Paris dont l’un a été traduit aux Etats-Unis, de biographies, de recueils de nouvelles ou de légendes et d’ouvrages spécialisés sur les Marquises.

Fervent admirateur de l’Histoire, de la culture et de la langue de cet archipel, il n’a de cesse d’approfondir ses connaissances sur cette Terre des Hommes à laquelle il voue un attachement profond.

Lien sur Internet : www.patrickchastel.com

———

Bibliographie

Romans

Les Crânes de la vallée perdue, Api Tahiti, Papeete, 2022

Filiation, Api Tahiti, Papeete, 2020

En fuite vers l’horizon, Api Tahiti, Papeete, 2016

Droit dans le mur, Carnot, Paris, 2004

The South Seas Vanishings, Carnot USA, New York, 2004

L’enlèvement aux Marquises, Carnot, Paris, 2003

Recueil de nouvelles

Au gré des îles et des hommes, Balland, Paris, 2017

Chroniques des îles Marquises, Au Vent des Iles, Papeete, 2004

Le Sourire du Tiki, Au Vent des Iles, Papeete, 2001

Légendes

Récits, légendes et mythes des îles Marquises, Api Tahiti, Papeete, 2022

Hiro et Hina – Balade au cœur des légendes de Bora Bora et autres îles, Api Tahiti, Papeete, 2018

Biographies

Fernand Chaves, une vie au pas de course, Api Tahiti, Papeete, 2018

Mémoires d’une vie partagée, avec J. Doom, Haere Po, Papeete 2016

Tahiti de ma jeunesse, 1930-1950, avec F. Juventin, Haere Po, Papeete 2016

Ouvrages collectifs

Iles Marquises, archipel de mémoire, Autrement, Paris, 1999

Marquises, CRDP, Papeete, 1999

Littérature jeunesse

Kote’ute’u, le Martin-Chasseur de Niau, Api Tahiti, Papeete, 2020

Pihiti, le Lori de Ua Huka, Api Tahiti, Papeete, 2019

Frappe la terre, Tei’i, Api Tahiti, Papeete, 2019

La Grotte ténébreuse, Api Tahiti, Papeete, 2018

‘Ura, la Perruche de Rimatara, Api Tahiti, Papeete, 2018

Noha, le Pétrel de Tahiti, Haere po, Papeete, 2016

‘Omama’o, le Monarque de Tahiti, Haere Po, Papeete, 2015

Terreur à Hiva Oa, Haere Po, Papeete, 2014 – Nouvelle édition, 2021

La Marque des dieux, Haere Po, Papeete, 2013 – Nouvelle édition, 2022

‘Itata’e, l’oiseau blanc de Tahiti, Présumées, Papeete, 2011

Teva protège l’eau, Présumées, Papeete, 2011 (2 éditions : français, tahitien)

Teva et son amie Hina, Présumées, Papeete, 2011 (6 éditions en langues vernaculaires)

Un nom, une histoire, CRDP, Papeete, 2009

Le marae du grand banian, Au Vent des Iles, Papeete, 2008 – Nouvelle édition, 2022

Voyage au pays des oiseaux Kula, Le Motu, Papeete, 2007

Teiki et Moetai, Au Vent des Iles, Papeete, 2003

La légende de Hai Puka, Mers Australes, Papeete, 2001

———

Avec communiqué

image_pdfPDFimage_printImprimer

1 réflexion au sujet de « « Tahitian Coke » : le nouveau roman de Patrick Chastel à lire d’un seul trait ! »

Laisser un commentaire

Partage