Retour

C’est à l’issue d’un long feuilleton que le nom du nouveau directeur général de Tahiti Nui Télévision est tombé : c’est Karl Tefaatau qui prend la télécommande de la chaîne du Pays. Mais, contre toute attente, il ne sera pas le seul pilote à bord, puisque Moetai Brotherson a opté finalement pour une double sélection, en nommant également Yves Haupert, directeur général délégué. Ce sera donc une direction à deux têtes qui va coûter encore plus cher au contribuable ! Un choix très surprenant alors que l’objectif premier est de faire des économies à TNTV…

Depuis le mois d’octobre dernier, après la démission de Mateata Maamaatuaiahutapu au poste de directrice générale, « pour des raisons personnelles et professionnelles », il fallait trouver une nouvelle tête pour diriger la chaîne du Pays. Un long feuilleton a alors débuté, qui a pris des allures de Koh-Lanta, Moetai Brotherson n’hésitant pas à lancer un appel sur les réseaux sociaux… En effet, au départ, ils étaient 8 candidats sélectionnés sur une vingtaine de dossiers déposés et au final, il ne devait en rester qu’un ! Alexandre Taliercio, Franck Tiaahu, Narii Tokoragi, Davidson Bennett, Nicolas Perez, Mickaël Charlet, Karl Tefaatau et Yves Haupert ont ainsi été retenus dans la course pour la direction de TNTV.

Après une phase d’audition et de notation devant un jury, trois « finalistes » ont ensuite été sélectionnés : Mickaël Charlet, Karl Tefaatau et Yves Haupert. Voulant être « transparent », le président du Pays a alors voulu recueillir l’avis du personnel de TNTV, à titre consultatif. A ce jeu, c’est Yves Haupert qui l’a largement emporté, devant respectivement Mickaël Charlet et Karl Tefaatau.

 

Cependant, à la surprise générale, salariés de TNTV compris, Moetai Brotherson vient d’annoncer qu’il a opté pour un double choix, en nommant Karl Tefaatau, directeur général, et Yves Haupert, directeur général délégué… Ce dernier, qui a déjà été le DG de la chaîne de 2007 à 2013, sera « en charge des programmes et de l’information », tandis que le premier, poulain et favori du Président, qui a été notamment pendant huit ans à la tête de la Direction générale de l’économie numérique (DGEN), devra « gérer tout le reste ».

Deux salaires pour une direction

C’est donc deux salaires qui seront versés pour une direction, ce qui va coûter la bagatelle de 28 millions de Fcfp par an au contribuable ! Cela signifierait-il qu’il faille deux hommes pour remplacer une femme ? Un choix très surprenant, puisque le mot d’ordre était de faire des économies et de trouver un candidat capable de redresser les comptes de la chaîne du Pays, afin de justifier qu’elle est subventionnée à hauteur de 1 milliard de Fcfp par an…

 

Le président de la Polynésie française a motivé cette option inattendue par le fait qu’il fallait « rassurer les journalistes », qui font « un métier qui ne s’invente pas ». En outre, il a expliqué que Yves Haupert, c’est « l’expérience journalistique », et Karl Tefaatau, « l’expérience des nouvelles technologies ».

 

Pour Moetai Brotherson, il faut « donner à TNTV la capacité de faire sa mutation » et donc « dépenser, investir pour son avenir ». Reste qu’avec le salaire de l’ancienne DG, Mateata Maamaatuaiahutapu, qui a retrouvé désormais ses fonctions de « cheffe d’antenne », l’ardoise s’élèverait à environ 40 millions de Fcfp par an pour ces trois seuls postes. Une manière étrange d’assainir les finances de la chaîne du Pays. Notre rédaction, qui a fondé son média sur fonds propres et sans actionnaire, n’en demanderait pas autant ; quelques millions lui suffiraient… Trêve de plaisanterie, on est curieux de voir quel est le plan que va maintenant proposer cette nouvelle direction bicéphale pour faire tourner la boutique.

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage