Retour

Tous les vendredis, c’est « L’essentiel de la semaine » !

TVA sociale, le 1er avril : une mauvaise « blague » ?

Eh bien non, Yvonnick Raffin l’a confirmé devant la presse : ce n’est pas un « poisson d’avril »… L’annonce par le ministre des Finances de la mise en place d’une TVA sociale, le 1er avril, suscite de vives inquiétudes au sein de la population. Cette taxe de 1,5 % va se répercuter à toutes les étapes du circuit commercial et elle n’est pas déductible pour les entreprises. Résultat : la note sera encore plus lourde pour nous tous, consommateurs. On parle d’une hausse des prix de 5 à 10 %, voire plus. Aussi, syndicats et patrons sont très préoccupés face à l’inflation qui frappe la Polynésie et qui va poursuivre son envolée, dans un contexte alarmant marqué par le conflit Russie/Ukraine. Le tout, après deux années de crise Covid qui ont mis à mal l’économie locale ! En effet, l’indice des prix que vient de publier l’ISPF donne le ton : +1,8 % en janvier et +1,1 % en février (voir le document complet ci-dessous).

Une intersyndicale A ti’a i mua/Unsa/O oe to oe Rima a appelé à la grève générale le 17 mars, fustigeant une « taxe antisociale ». Un mouvement qui a rassemblé, selon la police et les syndicats, entre 1 500 et 3 000 personnes dans la rue, mais qui n’a pas été suivi par CSTP-FO et CSIP, considérant que c’est « une grève de riches », eu égard l’une des revendications demandant le maintien de l’Indemnité temporaire de retraite (ITR) à 12 000 euros par an pour les agents retraités de la fonction publique d’État qui résident en Polynésie.

CPS : un trou entre 8 et 14 milliards !

Certains craignent de perdre leur pouvoir d’achat, d’autres souhaitent, eux, sauver la Protection sociale généralisée (PSG). Les revendications sont toutes légitimes, mais ce qui est sûr c’est que l’on n’y coupera pas : il faut combler le trou de la Caisse de prévoyance sociale qui s’élève, selon les interlocuteurs, entre 8 et 14 milliards de Fcfp ! La veille, la CPME, puis le Medef recevaient l’intersyndicale. La CPME a affirmé « comprendre les revendications, puisqu’elle a elle-même alerté le gouvernement lors de sa réflexion autour des nouvelles pistes de financement de la PSG, sur les effets combinés de l’augmentation du SMIG, de l’explosion du coût des transports, de l’explosion du coup des matières premières, dont les effets se font déjà ressentir sur les prix. » Avant d’inviter à mener « une vraie réflexion afin que ne soit pas ajouté de l’inflation à l’inflation ». Le Medef prône également « la relance de l’investissement ».

De son côté, M. Raffin a défendu la nécessité de cette taxe, estimant qu’il pouvait dégager ainsi 12 milliards de Fcfp afin de protéger les retraites et surtout les revenus les plus faibles. Il affirme travailler sur un « plan Marshall » pour « sauvegarder le pouvoir d’achat des consommateurs ». Ainsi, les contrôles de la Direction générale des affaires économiques seront accentués. Il s’est également engagé à ne pas taxer davantage dès lors que l’objectif sera atteint. Le gouvernement a reçu, hier après-midi, l’intersyndicale. Celle-ci a assuré « qu’elle n’était pas opposée à la Contribution pour la Solidarité, mais elle souhaite que cette TVA sociale soit déductible afin d’en limiter les effets inflationnistes« . Finalement, ce n’est pas tant le fond qui coince dans cette réforme mais plutôt la forme. Surtout, le ministre des Finances n’a pas eu de chance dans le timing, et la population traîne la savate à l’idée de faire encore et encore des efforts. D’ailleurs, beaucoup invitent nos chers élus à montrer l’exemple en baissant leurs salaires…

Des salaires exorbitants…

Et puisque l’on parle de salaire, revenons rapidement au point presse organisé par M. Raffin. Alors que ce dernier était interrogé sur le salaire (1,2 million de Fcfp par mois) que touche son épouse, Marie-Laure Denis, nommée récemment directrice de cabinet de M. Fritch, le Vice-président a volé au secours du ministre des Finances pour s’empresser de répondre aux journalistes : « On a tout entendu sur son salaire. Sans en dévoiler le montant, je peux vous dire que cela représente moins de la moitié que ce que pouvait toucher un directeur de cabinet auparavant », laissant ainsi entendre que les salaires avoisinaient 3 ou 4 millions de Fcfp. Et de conclure : « Entrer dans un gouvernement, c’est aussi prendre beaucoup de risques… » Décidément, nous ne sommes pas sur la même planète.

Mariage de Tearii Alpha : le Président et l’ancien Vice-président à la barre !

Encore une blague d’un mauvais goût… Sept mois après « l’affaire du mariage de Tearii Alpha », le président Édouard Fritch, son ancien Vice-président et l’une des gérantes du restaurant « Gauguin » vont enfin être jugés le 7 avril prochain, pour non-respect des mesures sanitaires. En plein pic de l’épidémie du Delta, le « variant Alpha » avait en effet décidé de se marier coûte que coûte et d’inviter 300 convives pour la fête. Les « contrevenants » sont poursuivis pour plusieurs contraventions (six pour Alpha, cinq pour la gérante et quatre pour Fritch) passibles d’une amende de 90 000 Fcfp. Rappelons que le texte de loi du 23 août 2021 prévoyait d’imposer une prune de 175 000 Fcfp à tout citoyen lambda qui ne se soumettrait pas à l’obligation vaccinale ! Un poids, deux mesures ?

Le directeur de l’Arass débarqué

Le couperet est tombé ! Pierre Frébault, le directeur de l’Agence de régulation sanitaire et sociale (Arass), a vu ses fonctions prendre fin, après cinq ans de bons et loyaux services. Une décision actée en conseil des ministres, mercredi dernier, et motivée par son ministre de tutelle en charge de la Santé, Jacques Raynal. Ce dernier reproche à M. Frébault d’avoir transmis au président Fritch (à la demande de ce dernier) des chiffres non finalisés concernant le Covid, sans son aval, et ce avant les annonces d’allègement des mesures sanitaires. On ne sait pas si l’on doit pleurer en apprenant la manipulation de données épidémiologiques ou rire pour ces rififis de bac à sable. Un vrai festival, c’est vraiment le mois d’avril avant l’heure !

D’ailleurs, les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux. Moetai Brotherson, le député indépendantiste, pointe du doigt « une querelle d’égos qui interroge sur l’harmonie (ou plutôt la cacophonie) qui règne au sein de l’actuel gouvernement et plus largement de l’actuelle majorité, dont certains n’hésitent pas à s’étriper sur les réseaux sociaux… ». Tandis que le groupe A Here Ia Porinetia observe : « Une étape de plus est donc franchie dans la gestion de notre Pays, vers plus d’incohérence, plus de désorganisation, plus de chacun pour soi, comme l’a si bien montré Tearii Alpha, plus de n’importe quoi lorsque manifestement le Président et son ministre de la Santé ne savent même plus accorder leurs violons. »

L’ancien syndicaliste et ministre Pierre Frébault devrait être affecté prochainement dans un autre service.

Affaire Radio Tefana : 4e renvoi

L’affaire Radio Tefana devient une vraie télénovela. La justice a estimé qu’un procès équitable n’est pas possible pour Oscar Temaru, au moment où une enquête préliminaire sur la prise en charge de ses frais de défense est en cours. Prochain épisode, le 29 août.

Macabre découverte

Le corps sans vie d’un trentenaire a été découvert mardi, à Papara (PK 31), en bord de route. Des traces de freinage auraient été décelées à proximité. Une enquête est en cours pour déterminer la cause de la mort de cet ouvrier.

Partage