Retour

Après de multiples rebondissements quant aux choix de la tour utilisée pour les juges et même du spot pour les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris 2024 à Tahiti, le Pays et le Comité olympique ont enfin tranché à quelques mois de l’événement sportif : celui-ci se déroulera bien à Teahupo’o, mais la structure sera revue et corrigée… Suite et fin de la polémique ?

Depuis plusieurs semaines, le projet d’une tour surdimensionnée pour accueillir les juges dans le cadre des épreuves de surf des JO de Paris 2024 défrayait la chronique. D’une part, le coût semblait pharaonique (plus d’un demi-milliard de Fcfp, lire notre article) et d’autre part, les impacts environnementaux inquiétaient la population, notamment celle du Fenua ‘Aihere vivant principalement des ressources de la mer.

Après de nombreuses visites des officiels, dont celle d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, totalement fictive (lire notre article), une grosse polémique portée par une pétition ayant recueilli 150 000 signatures et le mutisme du président du Pays, « le projet d’une nouvelle tour plus sobre, fortement revue et réduite en taille et en poids a été jugé comme le meilleur scenario », indique un communiqué commun envoyé par le Pays, Paris 2024 et le Haut-commissariat.

Avant de retenir ce choix, d’autres scénarios auraient été étudiés, comme ceux de conserver la tour en bois existante, de la renforcer ou de la reconstruire, mais ont été rejetés pour des raisons de sécurité. De même que l’idée d’installer des juges sur la plage ou un bateau a été considérée comme impossible.

Un nouveau projet « plus sobre »

Finalement, le nouveau projet consiste à réduire la superficie de la nouvelle tour de 50 m2 afin de revenir à la taille de l’ancienne tour en bois (150 m2) ; alléger la nouvelle tour (9 tonnes contre 14 tonnes initialement prévues) ; réduire le nombre de personnes sur la tour (25 à 30 personnes contre 40 dans le projet initial) ; adopter une solution temporaire pour la fourniture de la fibre et de l’électricité, en prévoyant le démontage du câble sous-marin après les Jeux ; supprimer le raccordement à l’eau potable et aux usées ; renforcer les mesures de contrôle en matière de respect de l’environnement.

L’utilisation de nouvelles fondations (forage moins profond) a été également confirmée afin de réduire l’impact et les risques de dégradation pour les coraux. Celles-ci seront par ailleurs situées au même endroit que celles de l’ancienne tour. Cette nouvelle structure pourra alors recevoir, selon les dires du communiqué, « une homologation décennale, indispensable pour les assurances ».

Enfin, le gouvernement local, Paris 2024 et le HC assurent qu’ils vont « poursuivre le dialogue avec les associations, les habitants et l’ensemble des parties prenantes par le biais de réunions publiques régulières ».

Cette décision suffira-t-elle à satisfaire les opposants les plus réticents ? Affaire à suivre…

1 réflexion au sujet de « JO 2024 de surf : le spot de Teahupo’o confirmé, avec une tour « plus sobre, réduite en taille et en poids » »

  1. Faisons rêver de la Vague à distance. Seuls les surfeurs ont le droit de venir chez ceux qui vivent dans ce lieu mythique. Préservons nous de cette vague migratoire temporaire et si confidentielle. Chacun chez soi, ou cantonnés dans les hôtels de luxe, et tout le monde est content.

Laisser un commentaire

Partage