Retour

Les interventions de Léna Normand, vice-présidente de l’𝐀ssociation 𝟏𝟗𝟑, et de Hinamoeura Cross de ICAN France lors de la première réunion du TIAN (Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, voir encadré ci-dessous) à l’ONU, le 22 juin 2022, ont provoqué un tonnerre d’applaudissements.
Le président de ICAN (Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires) les a remerciées non seulement pour leur intervention, mais aussi pour avoir « témoigné des horribles impacts à long terme des armes nucléaires sur leur patrie et leur santé ».
Bravo pour leurs témoignages et fa’aitoito à ces vahine engagées !

Découvrez ici la vidéo :

Un sujet très sensible pour ne pas dire explosif !

La page du nucléaire est loin d’être refermée en Polynésie. Il y a peu, les propos incendiaires de Fritch ont mis le feu à la Toile, les internautes critiquant fermement le président du Pays, à l’instar de Hinamoeura Cross, la fille de Stanley et Valentina Cross… Atteinte d’une leucémie, une maladie dite radio-induite, elle avait écrit un long post sur les réseaux sociaux.

Lire l’article et voir la vidéo ici :


Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) est un traité international des Nations unies visant à interdire les armes nucléaires dans le monde.

Les États parties au TIAN s’interdisent la mise au point, l’essai, la production, le stockage, le transfert, l’utilisation et la menace de l’utilisation d’armes nucléaires, en raison des conséquences humanitaires catastrophiques qu’entraînerait leur utilisation. Pour les États dotés d’armes nucléaires y adhérant, le TIAN prévoit un processus assorti d’un calendrier, conduisant à l’élimination vérifiée et irréversible de leur programme d’armes nucléaires.

Il renforce l’article VI du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires relatif à la clause de désarmement. Son préambule fait référence aux hibakusha ainsi qu’au droit international humanitaire et au droit international des droits de l’homme.

Le traité a été notamment porté par la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, ensemble d’ONG contre la prolifération nucléaire fondé en 2007.

Sa ratification par un 50e État en octobre 2020 entraîne son entrée en vigueur le 22 janvier 2021. Sa valeur est d’ordre symbolique car il ne s’applique qu’aux États signataires dont aucune des puissances nucléaires ne fait partie. Mais ses promoteurs en attendent un impact sur l’opinion et le renforcement partout dans le monde de l’idée que l’arme nucléaire est hors-la-loi.

Partage