Retour

Contribution pour la solidarité – Village de l’alimentation et de l’innovation – Nouvelle ligne aérienne vers les États-Unis – Incendie du Taporo VII – Perliculture, le grand nettoyage – Rurutu : 63 familles récupèrent leurs terres… Tous les vendredis, c’est « L’essentiel de la semaine » !

Nouvelle rencontre entre le Pays et les partenaires sociaux

Une nouvelle rencontre tripartite a eu lieu, mardi dernier, entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales, qui réclamaient de la transparence, et notamment la situation de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) et de la Protection sociale généralisée (PSG), ainsi que leur sauvegarde par la fiscalité. Le président Édouard Fritch était accompagné du ministre des Finances et de l’Économie en charge de la PSG, Yvonnick Raffin, et de la ministre du Travail et de la Solidarité, Virginie Bruant. Raffin a ainsi présenté la situation des comptes sociaux et le budget actuel et prévisionnel du Régime des Salariés pour en souligner les besoins urgents qui ont justifié la mise en place de la Contribution pour la solidarité, au risque de mettre la CPS en défaut de paiement des prestations.

« Pour ce que cette taxe va sauver, oui elle vaut le coup », a persisté à répondre Fritch. Et pas question de repousser l’échéance ou de voir dans un premier temps à court terme. « Ne répondre qu’aux difficultés de 2022, c’était aller au chaos en 2023 », a tranché le président du Pays. Cette contribution non déductible, ramenée de 1,5 % à 1 %, entre donc bien en vigueur dès aujourd’hui, et ce n’est pas un poisson d’avril… La TVA dite « sociale » s’applique à l’ensemble des biens de consommation, à l’exception des PPN (Produits de première nécessité).

Si la Présidence assure dans un communiqué que « la rencontre s’est déroulée dans une atmosphère détendue », Frédéric Dock, le président du Medef, a quitté la salle avant la fin des échanges, qui auront duré plus de trois heures. Les patrons sont d’accord sur le fond de cette réforme, mais pas sur la forme. Les syndicats, eux, affirment la mise en place de nouvelles actions, et ce avant la prochaine rencontre prévue le 1er mai prochain.

Parallèlement, le même jour, le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) était sollicité pour se pencher sur le projet de loi du Pays visant à renforcer l’encadrement des prix pour limiter l’inflation. Une procédure faite dans l’urgence qui n’a pas convaincu la quatrième institution du Pays, craignant une atteinte à la « liberté des prix », tout en « donnant les pleins pouvoirs au gouvernement », selon Christophe Plée, président de la CPME.

In fine, le Cesec a rendu un avis non qualifié par 32 voix.

Jeudi, l’assemblée de la Polynésie française, à l’issue d’une nouvelle séance moins houleuse que celle de la semaine dernière (où les propos de Fritch ont mis le feu à la Toile), a adopté la modification de loi du Pays pour passer donc la Contribution pour la solidarité de 1,5 % à 1 %. Trois amendements déposés par l’élu non-inscrit James Heaux ont été rejetés…

Accidents de la route : déjà 9 décès en 2022, dont 8 en deux-roues

« Parce que sur la route chaque vie compte, changeons nos comportements ». Dans un communiqué, le haut-commissaire appelle la population à « une prise de conscience immédiate ». Cette semaine, 5 personnes ont perdu la vie sur les routes du Fenua, ce qui porte à 9 le nombre de tués depuis le début de l’année et autant de familles endeuillées. Ces accidents concernent notamment les deux-roues (8 tués sur 9), dont les usagers adoptent fréquemment des comportements dangereux pour eux-mêmes (50 % ne portaient pas leur casque de manière adéquate) et pour les autres usagers de la route qui peuvent être victimes des conducteurs irresponsables (67 % des accidents mortels sont liés à une vitesse excessive).

VAI : « Que mangerons-nous demain ? Et comment ? »

Jeudi matin, se tenait la cérémonie d’ouverture du Village de l’alimentation et de l’innovation (VAI) qui se déroule à la Maison de la culture jusqu’au 3 avril. Cette 3e édition vient interroger le consommateur sur la façon dont il perçoit et conçoit l’avenir de son alimentation, avec le thème : « Que mangerons-nous demain ? Et comment ? ».

Tout le programme à découvrir ci-dessous.

Tahiti/Seattle : la nouvelle ligne aérienne vers les États-Unis

Air Tahiti Nui a signé un partenariat avec Alaska Airlines pour l’ouverture prochaine d’une nouvelle route (après Los Angeles/Papeete) reliant la ville de Seattle à l’île de Tahiti, dans le cadre d’un « rapprochement stratégique offrant à la compagnie au tiare un accès renforcé au marché nord-américain ». Un communiqué indique que les demandes d’approbation des autorités américaines et polynésiennes sont en cours, mais la date du 4 octobre 2022 est déjà annoncée pour une première rotation et l’inauguration d’un programme fixé à deux fréquences hebdomadaires.

Taporo VII : de l’eau dans le gaz…

Après avoir menacé de couler en raison d’une surcharge de ses cargaisons, il y a trois semaines, le Taporo VII a pris feu dans la nuit de lundi à mardi, cette fois après des travaux de soudure… Acharnement du sort : des centaines de bouteilles de gaz, destinées aux Îles Sous-le-Vent, se trouvent à bord ! Interrogé par nos confrères de TNTV, Georges Siu, P-dg de Gaz de Tahiti, précise : « Le Taporo VII a dans ses cales près de 500 bouteilles bloquées en-dessous du niveau de l’eau. Donc c’est un peu compliqué. Ces bouteilles-là ne risquent pas grand-chose dans l’état actuel de la situation, mais il est clair que l’eau de mer n’est pas bonne pour les bouteilles. » Reste à savoir que faire de l’eau polluée à l’intérieur qui n’a pas encore été pompée et où la déverser ?

Perliculture : le grand nettoyage !

Il était temps, mais on avance ! La Direction des ressources marines (DRM) a lancé en 2021 une opération de grand nettoyage des îles : Apataki, Arutua, Ahe, Manihi, Takaroa, Takapoto, Aratika, Kaukura, Fakarava, Raiatea, Tahaa et Gambier. Des endroits ciblés, en raison de la présence importante de déchets historiques (cordages, collecteurs, bouées, grillages de protection…) utilisés quotidiennement par les fermes. Entre novembre 2021 et mars 2022, environ 1 000 m3 de déchets perlicoles ont été ainsi rapatriés et traités. Ces opérations se poursuivront tout au long de l’année afin d’assainir les atolls, avant d’attaquer le nettoyage des lagons.

Rurutu : 63 familles récupèrent leurs terres

C’est un rêve vieux de 70 ans qui se concrétise enfin pour 63 familles de Rurutu : 127 terres (96 hectares) leur ont été restituées par le Pays. En effet, rappelons qu’en 1952, lors d’une opération cadastrale, les autorités avaient constaté qu’il n’existait aucun tomite. Ce cadastre a juste permis d’identifier les occupants. Ainsi, ce sont 64 % des terres de Rurutu qui étaient sans propriétaires et donc présumées domaniales…

Lancé par le gouvernement en janvier 2020, le titrement des terres de Rurutu et de Rimatara devrait permettre aux populations de récupérer leur patrimoine foncier. Cela représente au total 2 307 terres, dont 1 503 terres à Rurutu et 804 terres à Rimatara.

Partage