Retour

Un à un, les élus politiques quittent le groupe Tapura ! Les sanctions des élus envers la politique gouvernementale du groupe Tapura, piloté par le président Fritch, tombent à l’approche des élections territoriales en avril 2023, la défaite cuisante du parti rouge et blanc aux dernières législatives (lire notre article et notre édito) ayant joué un rôle d’accélérateur de la crise politique. Après les élus Putai Taae (ex-maire de Papara) et Ueva Hamblin (maire de Tautira), qui ont décidé de rejoindre le Tavini, Teva Rohfritsch, Nicole Bouteau et Philip Schyle ont annoncé quitter, eux aussi, le Tapura. Ils refusent de « continuer à évoluer dans cette spirale négative »

Les trois anciens représentants de A Ti’a Porinetia laissent ainsi Fritch sur le carreau, et ce à un moment bien précis… à la veille de la session budgétaire à l’assemblée de la Polynésie française. Le sénateur Teva Rohfritsch, qui est également numéro deux du parti majoritaire et membre du bureau directeur de la République en marche à Paris, était déjà sorti des bois le mois dernier, fustigeant son propre parti : « Je ne peux pas pour ma part imaginer que nous restions enfermés dans le silence et continuer à gouverner “comme avant”, en somme faire comme si rien ne s’est passé aux dernières élections législatives. Les Polynésiens ne sont pas tous devenus indépendantistes mais le ras-le-bol qui s’est exprimé fortement risque de mettre Oscar Temaru à la tête du Pays en 2023 si rien ne change dans la famille autonomiste ! Je ne peux pas m’y résoudre et cela dépasse sans doute la seule question d’un remaniement ministériel. » En effet, l’urgence d’un remaniement ministériel se faisant de plus en plus pressante, des rumeurs bruissaient dans les couloirs de la Présidence, sans que Fritch ne veuille les entendre (lire notre article ici)

Désormais, les enjeux s’accélèrent, et Rohfritsch est suivi dans sa démarche par Nicole Bouteau, ex-ministre du Travail, secrétaire générale du parti et ancienne candidate aux législatives, mais aussi par Philip Schyle, ancien maire de Arue.

Dans leur courrier de démission du parti, que Tahiti Infos s’est procuré, le trio politique écrit à Édouard Fritch que « la crise sanitaire qui a frappé notre Pays semble vous avoir fait perdre pied » et pointent du doigt son immobilisme face au « mécontentement » et à la « déception » de la population, avant de fustiger des « décisions gouvernementales inopportunes » ou encore des « textes soumis à l’assemblée sous le sceau de l’urgence, qui pèsent lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages polynésiens ». Ils mettent le Président au pilori : « Même s’il vous est difficile de l’admettre, c’est votre gouvernance qui a été sanctionnée lors des élections législatives de juin dernier par cette défaite cuisante que nous nous sommes vu infliger. »

Le président Fritch n’a eu d’autre choix que d’acter cette série de démissions qui « n’est pas une surprise » (sic), les exhortant maintenant à « rendre leurs sièges à l’assemblée ». Un vrai feuilleton, la suite dans le prochain épisode !

Plusieurs maires montent à bord du Tavini

Peu de temps avant ces trois démissions, deux autres élus avaient abandonné le navire Tapura pour monter à bord du groupe indépendantiste mené par Oscar Temaru et représenté aujourd’hui par trois députés bleus à l’Assemblée nationale. L’ex-maire de Papara et représentant Tapura à l’assemblée, Putai Taae, a en effet acté, samedi dernier, son départ pour rejoindre le Tavini Huiraatira. Il aurai été « guidé par l’esprit saint ». La commune dirigée par son épouse, Sonia Taae change donc de couleur. Le lendemain, c’était au tour de Ueva Hamblin, le maire de Tautira, de confirmer sa démission. Fritch a alors réagi de manière laconique : « Les gens sont libres. Je ne vais pas aller me prostituer. Je ne vais pas aller marchander, ce n’est pas mon genre. »

D’autres tavana suivront-ils le mouvement, comme le maire de Punaauia ? L’avenir nous le dira.

Dans notre édito paru en début de mois, nous nous interrogions justement : « Fin de l’abondance »… Au Tapura aussi ?

Lire l’édito ici

Partage