Retour
Réservé aux abonnés

Le nouveau gouvernement du Pays « formule le vœu de l’institution d’une citoyenneté Ma’ohi entraînant des conséquences juridiques pour celui qui l’acquiert, citoyenneté consacrée et sacralisée dans la Constitution ». C’est par ces mots que s’est exprimé le président de la Polynésie française, Moetai Brotherson, au travers d’un arrêté publié le 26 septembre 2023 au Journal officiel. En avant toute vers la « maohisation » de la Polynésie française ?

Soutenue par la majorité indépendantiste à l’assemblée de la Polynésie française, l’identité mā’ohi est le sujet incontournable des premiers mois du nouveau gouvernement Tavini. Il a surtout été porté localement par le député Tematai Le Gayic, qui a récemment lancé une pétition pour interpeler le gouvernement français sur la nécessité de mettre en place une citoyenneté mā’ohi. Celle-ci contribuera, selon lui, à la mise en œuvre d’une politique de discrimination positive pour le « peuple mā’ohi » dans de nombreux domaines : emploi, foncier, corps électoral, décolonisation, éducation, culture, économie …

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage