Retour

« L’essentiel de la semaine (LEDLS) », le retour ! Tous les vendredis dans PPM : le meilleur de l’actualité à retenir.

Trials Outernknown Tahiti Pro 2022 : Kauli Vaast, comme un poisson dans l’eau

Le jeune surfeur de 20 ans, Kauli Vaast, s’est imposé aux Trials 2022, avec un score de 13.10 contre Matahi Drollet (11.20). Vainqueur déjà en 2019, il se hisse ainsi pour la deuxième fois dans le « main event » : la dixième et dernière étape du World Championship Tour (WCT), qui se déroule à Teahupo’o du 11 au 21 août. Le prodige rejoint un autre Polynésien, Michel Bourez, qui, lui, a décroché son billet grâce à l’absence de John John Florence. Par ailleurs, la locale Vahine Fierro a été invitée à participer à l’épreuve professionnelle féminine, qui signe son retour sur la vague de la Presqu’île, après des années d’absence.

Bientôt les JO de Paris 2024…

Pour rappel, dans deux ans, les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris 2024 se dérouleront sur le site exceptionnel de Teahupo’o. Tony Estanguet, président du Comité organisateur des JO (COJO) de 2024, est d’ailleurs arrivé hier au Fenua pour assister au spectacle. Il sera en visite officielle en Polynésie jusqu’au 16 août (lire le dossier de presse ci-dessous) et son séjour se soldera mardi prochain par la signature du protocole entre Paris 2024 et l’État relatif à la sécurité et à la sûreté des épreuves olympiques de surf.

Cette compétition est reconnue comme l’une des plus spectaculaires offrant d’énormes vagues d’une puissance inégalée sur le Tour mondial de surf. « Nous sommes fiers de recevoir l’élite mondiale du surf, ces 36 athlètes dont 12 femmes qui vont nous donner, à ne pas douter, un spectacle extraordinaire durant cette compétition. Nous sommes fiers de disposer parmi l’élite mondiale du surf, de quelques enfants du fenua tels que Michel Bourez, Kauli Vaast et Vahine Fiero. Nous sommes fiers que le surf, ce sport polynésien, soit reconnu mondialement et soit inscrit depuis les Jeux de Tokyo, dans le programme des Jeux Olympiques », a souligné Naea Bennett, le ministre des Sports.

Le surf, par l’engouement qu’il suscite, est devenu une activité économique importante en Polynésie, par les nombreux produits de surf vendus mais aussi les nombreuses écoles de surf animées par des éducateurs de la discipline.

« Nous sommes fiers d’avoir été choisis par le Comité organisateur des Jeux Olympiques de 2024 pour recevoir les épreuves de surf », a également précisé le ministre. Dans un communiqué, le Pays explique en outre qu’il devra financer plusieurs travaux pour que le site de Teahupo’o puisse accueillir cet événement planétaire, mais « ces infrastructures serviront d’héritage à la population qui vit sur place et aux prochaines compétitions de surf qui se dérouleront à Teahupo’o » : les prochaines Tahiti Pro mais aussi les épreuves de surf des Jeux du Pacifique 2027.

Après les grosses houles qui ont généré des monstres liquides en juillet, pour le plus grand plaisir des surfeurs de gros, la vague de Teahupo’o sera encore la star du mois d’août !


Personnels soignants dans les îles : la population inquiète

Les habitants des îles sont inquiets du manque de suivi médical en raison de leur éloignement. Après Huahine, où une pétition a circulé pour réclamer le départ d’un médecin, responsable du dispensaire, après plusieurs décès (lire nos dossiers ici et ici), c’est Fatu Hiva, aux Marquises, qui fait les frais d’un problème de logistique et d’aléas administratifs. Sur cette île de la Terre des Hommes, un infirmier vient de déposer sa démission, tandis qu’un autre est en arrêt maladie prolongé. Un médecin aurait aussi interpellé à maintes reprises la Direction de la santé, sans succès. Interrogé par Tahiti Infos, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, qui a écarté plusieurs fois nos demandes d’interviews, propose « Un pool d’itinérants ». Il considère en effet : « Il y a quelques points qui restent difficiles et il faut qu’on ait un pool d’itinérants susceptibles de remplacer au pied-levé un tel ou un tel, et qui soit suffisant pour pouvoir le faire dans chacune des îles. C’est ce qu’on appelle la gestion des personnels et c’est ce que je vais essayer de faire dans les mois qui viennent. »


Greffière mutée à Tahiti : le SFP fustige Édouard Fritch

Dans un communiqué, le Syndicat de la fonction publique (SFP) fustige Édouard Fritch, après son annonce qu’il allait saisir le garde des Sceaux au sujet de la nomination d’une greffière métropolitaine au palais de justice de Papeete. Il reproche au Président de « demander à l’État de protéger l’emploi local, alors que lui-même le détruit dans l’administration du Pays ». Et de développer : « Lorsque notre syndicat interpellait le gouvernement sur son projet de loi d’intégration sans concours des fonctionnaires d’État, le président nous appelait à ne pas opposer les statuts. Il nous invitait avec beaucoup de moralisme à ne pas faire d’histoire pour les quelques 64 fonctionnaires pouvant bénéficier dès aujourd’hui de ce dispositif. » Avant d’enfoncer le clou en lui demandant de « refuser de sacrifier froidement l’avenir des enfants du Pays au profit de fonctionnaires d’État, en sanctuarisant ces postes pour ceux dont les racines s’ancrent dans le sol polynésien » et d’abandonner « le projet de loi indécent qu’il s’apprête à présenter devant l’assemblée territoriale ».


Rentrée 2022 : les chiffres clés

Découvrez ci-dessous les chiffres officiels pour cette nouvelle rentrée :


Compte-rendu du conseil des ministres

Découvrez ci-dessous le compte-rendu du conseil des ministres du 10 août 2022 :


Incendies en Métropole : 20 soldats du feu polynésiens en renfort

Vingt soldats du feu volontaires partent du Fenua renforcer leurs collègues pompiers qui se battent sur le front des incendies en Métropole, notamment en Gironde. Issus des casernes de Papeete, Pirae, Paea, Papara, Teva i Uta et Taiarapu Ouest, ces pompiers appartiennent au corps des pompiers professionnels pour une partie, et au corps des pompiers volontaires pour une autre partie. Tous sont qualifiés dans la lutte contre les incendies de forêts qui exige une formation spécifique.


Air Rarotonga : un vol inaugural programmé samedi

Le vol inaugural d’Air Rarotonga est programmé ce samedi 13 août, avec une arrivée prévue à l’aéroport de Tahiti-Faa’a pour 16 heures. Ce vol entre dans le cadre des accords passés entre les Iles Cook et la Polynésie française, et respectivement les compagnies internationales Air Tahiti Nui et Air Rarotonga grâce à une convention de partenariat et d’un code-share entre les deux compagnies, permettant à Air Rarotonga d’ouvrir une liaison vers les Etats-Unis et l’Europe, via Air Tahiti Nui et la plateforme internationale de Tahiti-Faa’a.

Pour ce vol inaugural, la délégation rarotongienne est conduite par le Premier ministre des Iles Cook. Une cérémonie protocolaire officielle aura lieu à l’arrivée de l’avion.


Dispositif Pass’Sport pour les jeunes de 6 à 18 ans

Le dispositif Pass’Sport offre la possibilité aux enfants de découvrir la pratique d’un sport et d’évoluer dans un environnement structurant. Il s’agit d’une allocation de rentrée sportive pour faciliter l’adhésion à une activité, à une structure associative. En Polynésie française, la mise en place de ce dispositif est prévue pour la rentrée scolaire d’août 2022. Les conventions signées le 10 août 2022 entre le Pays, la CPS et le Comité Olympique de Polynésie française précisent les rôles de chacune des parties dans la mise en œuvre du dispositif Pass’Sport et prévoient un mandat de gestion délégué à la CPS pour le paiement du dispositif aux clubs sportifs.

– Objectif du dispositif :

À travers ce dispositif, l’État apporte son appui pour favoriser la pratique d’activités physiques et sportives et soutenir les acteurs du sport et notamment les structures associatives du territoire.

– Modalités du dispositif :

Le Pass’Sport est une aide financière qui s’adresse aux jeunes de 6 à 18 ans bénéficiant de l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) ou de l’Allocation spéciale aux enfants handicapés (ASH). L’identification des bénéficiaires est réalisée par la CPS, les familles éligibles pourront obtenir sur leur espace personnel Tatou, le guichet en ligne de la CPS, les justificatifs.

L’aide permet de réduire le coût de la licence ou de l’adhésion et de prendre en charge certains équipements nécessaires à la pratique sportive le cas échéant.

Le montant de l’aide est versé par la CPS directement aux clubs affiliés aux fédérations sportives agréées.

– Financements du dispositif :

Afin de mettre en place le Pass’Sport sur le territoire, une enveloppe financière est mobilisée par l’État d’un montant plus de 75 millions de Fcfp.

À travers ce dispositif, l’État rappelle que « la famille du sport s’ouvre à tous, pour le bien-être des enfants ».


Yvonnick Raffin en déplacement hors du Fenua

Alors que les voix grondent au sein-même du Tapura et réclament un remaniement ministériel pour préparer les élections territoriales de 2023 (le ministre de l’Économie et des Finances est-il poussé vers la sortie ? lire notre article ici), Yvonnick Raffin est en déplacement pour entretenir « les relations bilatérales avec les partenaires de la région ». Au Vanuatu, d’abord, il a fait un point sur les différents sujets et actions de collaboration régionale. Ainsi, le MEF s’est entretenu mercredi avec la délégation des Îles Cook notamment sur le renforcement de nos relations avec la reprise des vols réguliers entre les deux territoires, dont le vol inaugural est programmé samedi 13 août (lire ci-dessus).

Le MEF a ensuite participé jeudi à la réunion des ministres de l’Économie du Forum des îles du Pacifique, à Port Vila. Trois thématiques principales ont été abordées lors de ces rencontres :

  • la première thématique traitait des aspects économiques de la stratégie 2050 du Continent Bleu Pacifique ainsi que des objectifs de développement durable de la région. Les discussions ont porté sur les implications économiques de la mise en œuvre de la stratégie régionale ainsi que sur l’état d’avancement des objectifs de développement durable à court et moyen termes ;
  • la seconde partie de la rencontre abordait le soutien à la reprise et la stabilité économique de la région. Lors de cette séquence, les membres ont eu l’occasion d’échanger, d’une part, sur les initiatives et les actions menées et mises en œuvre pour assurer la reprise et la relance économique tant au niveau national que régional, et, d’autre part, sur les perturbations de la chaîne d’approvisionnement que subissent à des degrés divers tous les Pays de la région ;
  • Enfin, les ministres ont échangé sur les opportunités de financement du changement climatique et des risques de catastrophe. A cette occasion, le secrétariat du Forum a présenté un point sur les opportunités de financement disponibles et sur la capacité des pays membres à s’engager, et à bénéficier, de ces moyens.

Yvonnick Raffin est parti également à la rencontre des acteurs de la transition énergétique en Nouvelle-Calédonie. A l’occasion de son déplacement à Nouméa, le ministre en charge de l’énergie en a profité pour visiter le barrage de Yaté, principale installation hydroélectrique du territoire d’une puissance de 68 MW (la somme des installations hydroélectriques de Tahiti totalise une puissance totale de 48MW), ainsi que les serres photovoltaïques de Focola, dont la complémentarité entre production agricole et énergétique pourrait présenter des débouchés intéressants en Polynésie française.

Des synergies entre acteurs industriels et acteurs publics en faveur de la transition énergétique ont également été observées à l’occasion de la visite de la mine de nickel de Prony Resources. Un accord-cadre passé entre la Province Sud, la Société Le Nickel, Prony Resource et Enercal prévoit en effet de produire ce matériau clé des batteries à partir de 70 % d’énergies renouvelables dès 2030. Enfin, la visite de l’île de Lifou, autonome en énergie grâce à la combinaison d’installations photovoltaïques, d’un système de stockage et de biocarburant à partir d’huile usagées a permis de mieux appréhender la complexité d’un système électrique 100 % renouvelable.

Les leviers de la transition énergétique d’un système insulaire suscitant de nombreuses interrogations, s’inspirer des stratégies de territoires comparables constitue une démarche nécessaire en vue de déployer des solutions adaptées aux enjeux de la transition énergétique en Polynésie française.


Abrogation de l’état d’urgence sanitaire et des mesures d’exceptions créées pour lutter contre l’épidémie de Covid-19

La loi du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 abroge, depuis le 1er août 2022, les dispositions relatives à l’état d’urgence sanitaire et à la gestion de la crise sanitaire.

En vigueur depuis mars 2020, l’état d’urgence sanitaire prend fin, ainsi que les mesures d’exception qu’il était possible de prendre dans ce cadre telles que le confinement, couvre-feu, passe sanitaire…

Ces mesures ne pourront plus être édictées sans une nouvelle loi.

Deux mesures restent en vigueur jusqu’au 31 janvier 2023 et concernent :

– le maintien des outils informatiques destinés à surveiller la circulation du virus (TousAntiCovid notamment) ; – la possibilité d’activer à nouveau des mesures de « frein d’urgence » de 2 mois par décret du Premier ministre et après avis de la Haute autorité de santé, en cas d’apparition et de circulation d’un nouveau variant du Covid-19 susceptible de constituer une menace sanitaire grave ou, dans les outre-mer, en cas de risque de saturation du système de santé.

Avec communiqués

Partage