Retour
Réservé aux abonnés

Qui, en Polynésie, ne connaît pas Flora Aurima-Devatine, écrivaine, chercheuse, enseignante, membre de  l’Académie tahitienne dès sa création en 1972 (elle en fut la directrice entre 2017 et ces derniers mois), à l’origine de la création en 2002 de l’association et de la revue Littéramā’ohi avec six autres membres créateurs, récompensée par le prix Heredia de l’Académie française en 2017 pour son recueil Au Vent de la Piroguière – Tifaifai, décorée de l’Ordre de la Pléiade, Ordre de la francophonie et du dialogue des cultures, qu’elle reçut de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie en 2023 ? (Crédit photo : René-Jean…

Enfant du Fenua Aihere, devenue professeure d’espagnol, impliquée dès les années 1970 dans la naissance du renouveau culturel polynésien, elle est une figure incontournable de la culture polynésienne et pourtant, peu de personnes, jusqu’à novembre 2022, ont eu vraiment accès à un ensemble assez exhaustif de ses écrits. (Lire nos articles « Flora Aurima-Devatine, pionnière et ambassadrice de sa langue et de sa culture » et « Lorsque le souffle poétique de Flora Devatine s’élève des volcans d’Auvergne »)

image_pdfPDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire

Partage